Les petits risques de sécurité

Quand on travaille pendant des mois, voire des années sur un chantier de rénovation ou de construction, on se retrouve souvent dans des situations potentiellement dangereuse.

Parfois c’est évident : Quand on grimpe sur un toit par exemple, qu’on pose du bardage sur un échafaudage, etc. mais souvent, c’est surtout quand le danger n’est pas évident ou semble minime que le risque est plus grand.

Echafaudage maison en bois

On peut souvent être amené à prendre des « petits risques ». Par exemple retirer la protection d’un outil pour se faciliter la vie, monter sur échelle pas très haute mais pas super stable, etc.

Le problème, c’est que statistiquement, si on prend souvent des « petits risques » il y a beaucoup de chance qu’un jour ou l’autre la chance ne soit pas de notre côté et qu’on est un accident : chute, perte de doigts, poigné dans le plâtre…

C’est important de toujours prendre sérieusement en compte tous les risques, même les petits et d’éviter aussi souvent que possible de se dire des choses comme « Oh, ça va aller, je vais faire attention ». Statistiquement, ça risque de mal finir…

Le rangement des affaires

Alors déjà, il ne faut surtout pas sous-estimer la place nécessaire pour ranger tous les outils, les matériaux, les produits… pour la construction ou la rénovation.

Ça représente vite un volume assez important. Il faut aussi penser aux restes de matériaux qu’on ne voudra pas forcément jeter ou donner parce qu’on pourrait en avoir besoin plus tard pour un autre projet. Tout ça prend de la place.

Pour ce qui concerne les outils, il y a une chose vraiment très importante. Il faut que tout soit disponible le plus simplement possible.

Au début de la construction de notre maison, on stockait tout un peu empilés n’importe comment dans la cabane. Le problème c’est que dès qu’on veut quelque chose, il faut sortir la moitié des affaires pour pouvoir y accéder. Ça perd un temps fou, et ça a tendance à agacer un peu…

Rangement et organisation des outils pour les travaux

On a rapidement organisé les choses au mieux dans notre petite cabane pour nous faciliter les choses , et ça change vraiment la vie ! L’important, c’est que chaque outil, chaque objet ait une place bien définie. Au bout d’un moment, on a plus besoin de réfléchir et on peut presque attraper tous les outils les yeux fermés. C’est vraiment un gain de temps et de sérénité énorme !

Le téléphone portable

Je me sers tous les jours d’un téléphone sur le chantier. Déjà pour partager la construction sur Instagram, mais aussi pour chercher des informations sur la construction.

Comme je suis pas pro, j’ai souvent besoin d’aller vérifier des infos sur la mise en oeuvre, sur l’ordre des choses, etc. Je m’en sers aussi pour aller voir sur les sites web des fournisseurs ce qui est disponible, en quelles dimensions, etc.

Et puis, peut-être le truc que je fais le plus souvent avec mon téléphone : Des calculs ! Pour additionner des cotes, calculer des surfaces ou des volumes, répartir un nombre d’éléments… Ce sont des calculs souvent assez simples, mais je préfère les faire à la calculatrice.

Bref, pour moi en tout cas, le téléphone sur un chantier, c’est un peu comme une perceuse : un outil indispensable que j’utilise tous les jours.

Au départ j’utilisais un téléphone classique. Mais même en étant assez soigneux avec mes affaires, sur un chantier il a vite souffert. En grande partie à cause de la poussière qui s’est infiltrée partout, mais aussi parce qu’il se retrouve souvent en contact avec d’autres outils pas forcément doux quand il est posé sur l’établi.

Donc rapidement : Rayure, écran cassé, appareils photo qui est tout flous à cause de la poussière…

Quand j’ai dû changer de téléphone, j’ai donc essayé de trouver une solution pour éviter de trop endommager mon téléphone pendant les travaux. Je me suis finalement tourné vers les téléphones ultras résistants.

J’ai choisi un téléphone Black View BV6600, parce que le prix est plutôt raisonnable (hors de question de mettre un mois de salaire dans un téléphone que j’utilise sur un chantier 😅) et qu’il m’a semblé bien adapté à mon utilisation. Ce sont des téléphones qui sont faits pour endurer les chocs, les rayures, etc. Ils sont renforcés et aussi étanchent ce qui est parfait pour éviter que la poussière ne s’incruste partout et aussi pour pouvoir le passer un coup sous l’eau et le nettoyer quand il est trop sale à cause de l’utilisation avec des mains pas très propres…

L’usure des outils

Voilà une chose que j’ai découverte petit à petit sur le chantier. Les outils ne sont pas éternels. Bon ok, dit comme ça, ça semble assez évident. Mais prenons l’exemple du mètre.

En début de chantier, je me suis dit, ok avec 3 mètres, chacun de différentes longueurs, ça devrait être ok pour faire toute la maison. Mais non, pas du tout. Un mètre, ça s’use, ça s’abîme, ça devient de plus en plus difficile à lire à certain endroit, ça prend du jeu… Et il faut le changer. Plusieurs fois.

Usure du mètre et des outils

C’est la même chose pour beaucoup d’outils : Un manque de marteau qui se casse, les embouts de la visseuse qui finissent pas être trop usés, une règle qui se tord…

Quand on prévoit le budget, il faut absolument prévoir une marge de sécurité pour remplacer tous ces petits outils, pas forcement très cher, mais qui s’use malgré tout, et qu’il faut remplacer de temps en temps.

Les outils et machines plus grosses peuvent s’user aussi, mais nous n’avons pas eu besoin de les remplacer pendant toute la construction, tout à tenu bon même si nous n’utilisons pas des outils professionnels, mais principalement la gamme grand public Bosch.

Il y a aussi l’usure des « consommables » : Changement de lame de scie ou affûtage à faire réaliser, lames de cutter, bande à poncer… C’est assez difficile à estimer au début du projet, mais il ne faut bien penser à garder un peu d’argent de côté pour tout ça.


Et vous ? Il y a des choses que vous auriez aimé savoir avant de débuter vos travaux ? Des petites astuces ou des choses que vous avez finalement découvertes par vous même ?