Après avoir utilisé des toilettes sèches à litière pendant 4 ans, j’ai franchi le cap et testé les toilettes à séparation d’urine. Je vous explique comment ça fonctionne et ce que j’en pense après plusieurs mois d’utilisations.

Les toilettes sèches, c’est quoi ?

Les toilettes sèches sont des toilettes qui n’utilisent pas d’eau. Sachant qu’en moyenne une personne consomme 30 litres d’eau par jours pour tirer la chasse des toilettes, ça représente vite une quantité énorme d’eau. Plus de 10 000 litres d’eau par an ! Et malheureusement c’est la plupart du temps de l’eau potable.

Comme je souhaite devenir autonome, notamment en eau, il fallait que je trouve une alternative. Heureusement je n’ai rien eu à inventer : les toilettes sèches existent depuis bien longtemps et ont fait leurs preuves.

Le principe le plus répandu des toilettes sèches est l’utilisation d’un unique seau dans laquelle on fait la petite et la grosse commission. Une fois ses petites affaires terminées, on recouvre tout ça de sciure et/ou de copeau de bois.

Mes toilettes sèches écologiques
Les toilettes sèches dans ma maison que j’utilise depuis plusieurs années

Je ne vais pas rentrer dans les détails techniques et chimiques, mais en gros la sciure va absorber l’humidité et neutraliser les odeurs. En 4 ans d’utilisation, je peux vous le dire : NON les toilettes sèche ça ne sent pas mauvais. Il suffit juste de bien recouvrir avec de la sciure et de vider le seau régulièrement.

Le seau se vide dans un tas (là aussi pas vraiment d’odeurs) qu’on va laisser tranquille pendant 2 ans et ensuite on aura un super bon compost à l’odeur d’humus qu’on pourra mettre sur le potager pour nourrir le sol et les légumes !

Compostage des toilettes sèches

Si ça vous dégoute, sachez que c’est exactement ce que font les agriculteurs dans leurs champs quand ils épandent du fumier. Aucun doute donc que vous ayez déjà mangé des tomates, des salades ou des choux nourris aux excréments de vaches. C’est comme ça que fonctionne la nature, même si parfois on l’oublie.

Le problème avec mes toilettes sèches

Je conseille à tout le monde d’opter pour les toilettes sèches, c’est pratique, économique et pas désagréable. Mais, je voyais quand même un petit défaut à mon système.

Je consomme environ 40-50L de sciure par mois (pour une personne). Je m’approvisionne dans la scierie où j’ai acheté tout le bois pour l’autoconstruction de ma maison et ils ont des sacrées réserves !

Scierie qui produit de la sciure
Une scierie ça produit beaucoup de sciure !

Mais ça me posait quand même deux soucis : Déjà ça reste une contrainte de devoir aller régulièrement recharger le stock et puis ne plus utiliser d’eau pour devenir autonome mais être dépendant de quelqu’un pour la sciure de bois, ça me posait un peu problème…

Les toilettes à séparation d’urine

J’ai remarqué que la plupart de la sciure est utilisée pour le pipi. C’est logique parce que je fais plus souvent pipi et c’est bien plus humide, donc ça nécessite pas mal de sciure pour absorber tout ça.

J’ai donc fait des recherches et j’ai découvert les toilettes à séparation d’urine. Le principe est assez simple, on ne met plus pipi et caca dans le même seau, on les sépare. Pour la grosse commission, on continue d’utiliser de la sciure et pour la petite commission, on n’utilise rien du tout !

Principe de fonctionne des toilettes à séparation d'urine

Sur le papier c’est prometteur, mais j’étais très sceptique. L’urine est stockée dans un petit bidon en attendant d’être vidée, et je ne voyais pas comment il ne pouvait pas y avoir d’odeur désagréable dans les toilettes avec ce système…

Le passage à l’acte

Le covid est passé par là, et ça m’a poussé à faire le test. Oui, parce que la scierie où je m’approvisionne était fermée pendant les confinements ! Je me suis vraiment rendu compte que j’étais dépendant d’eux pour mes toilettes, un vrai problème donc et un rappel que je n’étais pas du tout autonome sur ce point-là !

Je suis donc partie à la recherche du meilleur système sur internet. Il en existe plusieurs, mais je souhaitais un truc simple, pas trop cher et qui s’adapte à mes toilettes déjà existantes pour que je puisse facilement revenir en arrière si ça ne me convenait pas.

J’ai finalement trouvé exactement ce qu’il me fallait : le séparateur d’urine TROBOLO ! C’est un petit accessoire qui vient se placer sur les toilettes et qui va séparer le pipi du caca. Une partie tombe dans le seau, le reste se dirige vers un petit bidon de récupération pour les urines.

séparateur d'urine pour toilette sèche

Niveau installation, c’est assez simple puisque j’avais déjà mes toilettes sèches. J’ai juste dû agrandir un peu le trou pour que le séparateur passe bien. Dans le carton du séparateur, il y avait un gabarit en carton à la bonne taille. Donc j’ai juste eu besoin de tracer le gabarit sur mes toilettes et de mettre un petit coup de scie sauteuse. Ensuite 4 vis en inox et c’est bon, prêt pour le premier test !

Éléments qui compose le système de séparateur d'urine des toilettes sèches

Mon expérience avec les toilettes à séparation d’urine

Ça fait environ 2 mois que j’utilise les toilettes à séparation d’urine. Je commence à avoir un peu de recul et je peux enfin vous livrer mon avis.

Au niveau des odeurs (ce qui m’inquiétait le plus) et bien je ne vois aucune différence avec les toilettes sèches « classiques ». Il n’y a pas d’odeur désagréable, même les journées où il fait chaud.

Ensuite, ce qui m’inquiétait un peu, c’était l’efficacité de la séparation et l’ergonomie du système. Je me disais que ça serait peut-être pas très pratique ou agréable d’avoir ce truc en plastique en plus. Mais en fait pas du tout, c’est vraiment très bien adapté à la morphologie et c’est pas gênant. Les quelques filles qui l’ont testé m’ont aussi confirmé que ça posait aucun souci particulier (à part une petite barrière psychologique quand on a l’habitude des toilettes à eau potable depuis 25 ans 😅)

Mes toilettes sèches à séparation d'urine

Le petit défaut qu’on peut y trouver, c’est que c’est quand même moins pratique quand on fait pipi debout. C’est pas impossible, mais c’est moins ergonomique que juste avec un seau.

J’ai atteint mes objectifs en termes d’économie de sciure ! Je pense avoir divisé environ par 10 mes besoins en sciure. Donc 4/5L de sciure par mois environ ce qui est vraiment très raisonnable. Comme je travaille assez souvent le bois, je pense que je pourrais être autonome assez facilement à ce niveau-là. (Je réfléchis aussi à tester une sorte de BRF fait à partir des branchages quand je taille mes haies…)

Avoir d’un côté les urines et de l’autre les matières fécales, ça à un avantage énorme ! Pour les matières fécales, il faut attendre assez longtemps (c’est souvent conseillé 2 ans) pour que tout se transforme en une sorte d’humus et puisse être utilisé au potager. Mais pour l’urine on peut l’utiliser directement ! Il suffit simplement de la diluer avec de l’eau et on peut arroser ses plantes avec. L’urine contient beaucoup d’azote, c’est un super engrais très puissant et naturel !

Les tester, c’est les adopter !

Je sais que psychologiquement, ça peut être compliqué de passer des toilettes à eau aux toilettes sèches. Moi aussi j’étais réticent il y a 4 ans, et j’ai encore été réticent pour tenter les toilettes à séparation d’urine.

La barrière psychologique des toilettes sèches

Mais honnêtement les bénéfices en termes d’économie et d’écologie sont tellement importants que ça vaut vraiment le coup de tenter. Quitte à revenir en arrière si vraiment ça ne vous convient pas. Si vous les bricolez vous même ça ne vous coûtera pratiquement rien et si vous n’êtes pas bricoleur il en existe des toilettes sèches toutes faites. Et si ça ne vous tente pas d’en mettre dans votre maison, vous pouvez commencer par en installer dans une petite cabane au fond de votre jardin par exemple Vous n’avez pas grand-chose à perdre d’essayer 😊