Nos choix écolos pour l’autoconstruction de notre MOB

Ayant conçu notre maison en ossature bois de A à Z, nous avons dû faire des choix pour les matériaux et méthodes que nous allons utiliser, pour que ça colle avec nos convictions écologiques.

« Écologique » veut un peu tout et rien dire alors voilà concrètement les choix que nous avons fait pour avoir un habitat sain et qui a le moins d’impact possible sur l’environnement, tout en restant dans notre budget rikiki 🙂 .

Une petite MOB

D’abord à cause du budget, mais aussi parce qu’on consommera uniquement selon nos besoins actuels (en chauffage notamment), nous avons décidé de construire une petite maison en ossature bois (MOB), juste un poile plus grande qu’une TinyHouse : 32m² au sol + une mezzanine de 9m².

D’une part, le fait de construire petit nous permet de ne pas faire de prêt et donc de ne pas participer au système des banques qui ne nous plait pas vraiment…

D’autre part, en construisant une petite MOB, nous consommerons moins de matériaux pour la construction, et moins d’énergie en chauffage par la suite.Chaque pièce sera utile (pas de chambre d’amis qui ne sert qu’une semaine par an par exemple).

maison ossature bois MOB

Construire une petite MOB, c’est donc pour nous une façon de consommer uniquement selon nos besoins (pas plus, pas moins). Un choix qui s’inscrit dans une démarche de simplicité volontaire en arrêtant de surdimensionner nos besoins.

Un terrain à la campagne mais pas trop paumé non plus

Dans la liste de nos envies pour trouver le terrain de nos rêves, il y avait « être isolés ». Nous avions envie d’espace et de nature : la campagne quoi !

Mais d’un point de vue écologique, faire 30 minutes de route pour aller en courses une fois par semaine (plus tard on aura le potager, mais en attendant…), c’est pas terrible…

Nous avons donc choisi un terrain à la campagne mais à moins de 3 km d’une grande surface et à moins de 5 km d’un centre ville avec toutes les commodités (médecins, écoles…). Ainsi, on pourra aisément utiliser le vélo pour les petites courses tout en restant dans un environnement calme à la campagne 🙂

Choix écolo pour le terrain de notre MOB

L’ ossature bois isolée en fibre de bois

L’ossature bois était pour nous une évidence tant au niveau de la mise en oeuvre qu’au niveau de l’impact écologique de cette méthode. Les MOB (Maisons en Ossatures Bois) étant très souvent conçues en Douglas, elles peuvent utiliser du bois local que nous cultivons durablement en France.

Le bois Douglas permet d’éviter les traitements chimiques puisqu’il est naturellement résistant à l’humidité. De plus, il y a très peu d’énergies grises dues à la transformation de la matière première ou au transport, puisqu’il s’agit d’une ressource locale, très peu transformée. C’est donc un matériau renouvelable et local, parfait 🙂 ! Pour finir, les chantiers en ossature bois sont des chantiers secs, on n’utilise pas d’eau pour construire la maison (uniquement pour les fondations) contrairement au chantier en maçonnerie qui nécessite d’utiliser beaucoup d’eau.

Il fallait aussi choisir l’isolant que nous allons mettre entre les montants. Nous avons opté pour des panneaux en fibre de bois qui ont une performance isolante très intéressante et qui sont fabriqués à partir des déchets des scieries auxquels on donne une seconde vie très utile ! Là encore, une énergie grise faible par rapport au polystyrène par exemple (issu du pétrole) et un produit local puisque le fournisseur choisit est français. De plus, cet isolant offre un déphasage de 11h, très intéressant pour réguler la température intérieure de la maison. Ainsi, en été, la fraîcheur de la nuit se diffuse pendant la période la plus chaude de la journée, ce qui permet de rafraîchir la MOB de façon naturelle.

Concevoir la MOB en prenant en compte les concepts bioclimatiques

Lorsque nous avons conçu notre maison en ossature bois, nous avons appliqué des concepts de bioclimatiques très simples :

  • privilégier les fenêtres au Sud
  • éviter les ouvertures au Nord, Est et Ouest
  • arborer avec des arbres à feuilles caduques (qui tombent en hiver) les alentours de la maison pour profiter à fond du soleil l’hiver
  • faire des « casquettes » de toit pour protéger de la chaleur estivale quand le soleil est plus haut en été

Bioclimatisme MOB

Tous ces concepts permettent de profiter le plus possible des apports de chaleur du soleil en hiver, et de s’en protéger en été.

Faire attention aux ponts thermiques et à l’étanchéité de la MOB

Lors de la conception, nous avons prêté une attention particulière aux ponts thermiques et à l’étanchéité de la MOB. Les ponts thermiques sont les endroits, souvent aux jointures (entre sol et murs par exemple), où la faiblesse de l’isolation permet au froid extérieur de rentrer à l’intérieur.

Nous avons choisi de mettre un pare-pluie en fibre de bois rigide, qui permet aussi d’isoler par l’extérieur et ainsi réduire les ponts thermiques.

Pour l’étanchéité, nous installerons un frein-vapeur en prenant un soin particulier pour les jointures avec les fenêtres et autre lors de la mise en oeuvre. Ainsi, l’énergie dépensée pour chauffer en hiver ne sera pas gaspillée à cause de fuites de la chaleur causées par des faiblesses de la structure.

Des toilettes sèches

Pour réduire notre consommation d’eau, dans une optique d’autonomie à terme et de non gaspillage de l’eau potable, nous avons choisi de ne pas installer de toilettes classiques. Nous allons donc construire des toilettes sèches qui seront vidées au compost et revalorisées comme engrais pour notre potager.

Nous allons faire pousser nos tomates grâces à nos cacas en quelque sorte 🙂

Tomates grâce au compost des toilettes sèches


Ce sont bien sûr des choix personnels, qui nous semblent cohérents par rapport à nos sensibilités, nos convictions et nos compétences pour la mise en oeuvre, mais aussi au vu de ce que nous avons pu trouver dans les livres sur les constructions écologiques.

Votre avis nous intéresse, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour discuter de ces choix, que vous soyez d’accord ou non 🙂

← Article précédent

Article suivant →

8 Commentaires

  1. Salut,
    marrant, notre maison est en dur, mais rejoint plusieurs de vos prérequis :
    Proche d’une ville (3km), orienté facade au Sud, un joli terrain.
    Le seul raté est la pente : elle va dans le mauvais sens, donc le phyto-épuration (pas encore faite), on va galérer! 😉

    bonne continuation

    • pingouin

      Re-Salut David 🙂

      Dommage pour la phyto, c’est vrai que ça complique les choses ^^ Tiens nous au courant des solutions que vous allez mettre en place pour pallier à la pente et pour convaincre la SPANC 🙂

      Bonne continuation à toi aussi

  2. David Franx

    Hey,

    Super article!

    Niveau isolation, aviez-vous envisagés une isolation en bottes de paille? Si c’était le cas, quels étaient les éléments qui vous ont fait choisir la vibre de bois?

    L’isolation paille a beaucoup de points positifs; résistant au feu (si bien mis en place), une résistance thermique de +/- 7 pour une botte de 35cm d’épaisseur, un bon déphasage, bonne perspirance, …

    Perso, je crois que niveau coût et sur le plan écologique il n’y a pas mieux. Mais il y a peut-être des inconvénients majeurs que j’ai loupé? Je ne critique absolument pas votre choix pour la vibre de bois hein 😉 Juste curieux des raisons de ce choix 🙂

    Aller les pingouins, courage à vous 2!

    • pingouin

      Salut David,

      Merci pour ton message.

      On se sentait moins à l’aise avec la paille et le fait qu’elle font 35cm d’épaisseur oblige à mettre des montants d’ossature vraiment très épais, ce qui alourdis la structure globale. Je t’avoue qu’on a hésité longtemps avec la paille, on aimait beaucoup l’idée mais finalement on est partis sur la fibre de bois 😉

  3. Jonathan

    Bonjour, je suis content d’avoir trouvé d’autres pingouins, de voir que d’autres veulent limiter leur impact et ne pas faire comme tout le monde.
    L’idée de pingouin que j’avais eu c’était de construire en grosse botte de paille porteuse, je voulais savoir si vous vous étiez renseigné sur le sujet et si oui qu’est-ce qui a penché en faveur du bois ?

    Et pour la superficie, comment vous avez éliminé le superflue ? Je trouve le principe des Tiny vraiment pas mal, mais la première idée qu’il me vient c’est qu’on se marche vite sur les uns sur les autres.

    Par contre, l’avantage de pouvoir rajouter des pièces avec l’ossature bois ca fait vraiment réfléchir !

    Désolé pour le commentaire un peu long, et félicitation pour votre blog et vos vidéos, elles sont supers !

    • pingouin

      Merci pour ton commentaire Jonathan 🙂

      Concernant la paille porteuse, on se sentait plus à l’aise avec le bois, et on n’a pas trouvé de DTU pour la paille donc on a joué la sécurité parce que le challenge était déjà assez grand pour nous ^^

      Pour la superficie, nous sommes deux pour l’instant et on a l’habitude de vivre dans notre van aménagé de 6m² alors la tiny pour nous c’est gigantesque :p

      Bonne continuation pour ton projet 😉

      • Jonathan

        Merci pour votre réponse, si jamais mon projet se concrétise, j’essayerais de le filmer aussi, pour montrer que c’est possible et accessible. Bonnes finitions ^^

Laisser un commentaire

css.php