Le « deuil de l’autoconstructeur » : les moments difficiles de l’autoconstruction

Les étapes du deuil sont généralement utilisées pour expliquer les phases par lesquelles on passe lorsque l’on perd un proche. Le fait est que le deuil peut aussi intervenir dans d’autres aspects de notre vie : la fin d’une relation amoureuse, lorsque l’on se fait licencier, etc.

Et bizarrement on se rend compte que ces étapes collent très bien à ce que l’on peut ressentir en temps qu’autoconstructeur !

Bien sûr l’autoconstruction est une période stressante pour tout un tas de raisons, on doit gérer beaucoup de choses, on doit prendre des dizaines de décisions par jours, etc.
Et il y a pas mal de désillusion par rapport au projet dont on rêvait au départ, que ce soit au niveau administratif qui nous contraint à faire des concessions, ou encore au niveau des délais explosés qui repoussent l’emménagement tant attendu…

Parfois ça peut être compliqué à vivre, et justement j’ai(Salomé) traversé une phase difficile lors des travaux du gros oeuvre. Avec le recule, je me rends compte être passé par les différentes phases du deuil qu’à l’époque je n’avais pas du tout identifié.
Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait et ça m’aurait été d’une grande aide d’avoir fait le lien entre ces étapes et ma situation à l’époque ! Alors j’ai décidé d’écrire cet article un peu plus personnel en espérant qu’il aidera d’autres autoconstructeurs, si comme moi vous traversez une période difficile. 😉

1- Le déni

En Hiver 2017, on a eu notre premier coup de mou dans le chantier (lié aux journées plus rudes et plus courtes à cause du froid et de la nuit). On a commencé à comprendre qu’on avait pris pas mal de retard sur le planing qu’on s’était fixé au départ, et que l’emménagement devrait être décalé. Au début du projet, on avait estimé 1 an de travaux, et ayant commencé le chantier en Juin 2017, on voulait emménager en été 2018. (A l’heure où j’écris cet article, nous sommes en Février 2019 et nous vivons toujours dans notre van aménagé ^^’).
A cette époque je voulais tellement concrétiser ce projet et emménager, que j’étais clairement dans un déni par rapport au planing à grand renfort de « mais si on va y arriver pour cet été ».

2- La colère

Le printemps arrivant,et n’ayant pas beaucoup avancés pendant l’hiver sur la maison, j’ai fini par me rendre compte qu’effectivement on n’y arriverait pas pour la date voulue au départ.
La colère a fait son apparition :
– je m’en voulais de ne pas être à la hauteur, de ne pas réussir à avancer assez vite, etc. Psychologiquement très destructeur, car mon estime de moi en a pris un sacré coup…
– j’en voulais à YouTube, parce que tourner les vidéos nous faisait indéniablement prendre du retard puisqu’on passait du temps à tourner, monter, répondre aux commentaires, etc. (Au final je suis heureuse d’avoir tenu bon et de ne pas avoir arrêté YouTube et le Blog parce que les retours que vous nous faites sont tellement géniaux que ça regonfle à bloc !)
– j’en voulais aussi (très injustement) à Kevin parce que lui aussi était d’accord sur la date d’emménagement au départ et que lui aussi s’était trompé. Notre couple a été mis à rude épreuve pendant cette période.

Toute cette phase n’a pas été du tout constructive, la colère n’apporte rien, elle détruit plutôt…

3- Le marchandage

Heureusement la phase 3 est arrivée et j’ai commencé à essayer de marchander plus de temps sur le chantier au détriment des autres aspects de notre vie : la famille, les amis, le repos, les loisirs, etc.
Je ne voulais pas passer un jour sans être sur le chantier à avancer la maison. Je voulais pouvoir me dire que j’avais tout donné. En parallèle de ça, la fatigue liée à un chantier aussi gros que la construction d’une maison se faisait sentir, Kevin voulait faire des pauses, parce qu’il en avait besoin, et moi je marchandais inlassablement : « on fait une semaine de pause quand on a fini telle étape » et arrivée à l’étape en question « on continue pour finir ça et après on part en weekend »…
En bref, encore une situation compliquée à vivre pour un couple et heureusement que le nôtre est costaud (comme la maison :p)

4- La dépression

Au début de l’automne 2018, la date d’emménagement prévue était dépassée depuis longtemps, et j’ai fini par lâcher prise. On a fait une pause, on est parti loin du chantier pour se changer les idées.
Mais une autre phase s’était installée, et c’était loin d’être la plus agréable…
Je me sentais mal, très mal, sans vraiment savoir pourquoi. J’étais triste à longueur de journée, déçue de ne pas avoir réussi…
Ça a duré à peu près 6 mois sous cette forme très intense et c’était vraiment l’étape la plus difficile à vivre.

5- L’acceptation

Et puis en Janvier 2019, le déclic est enfin arrivé ! J’ai fini par accepter que le chantier durerait le temps qu’il faudra pour qu’on puisse à la fin avoir notre petit cocon, chaleureux et costaud.
J’ai compris qu’il ne fallait pas bâcler ni le chantier, ni les autres aspects de notre vie : les relations sociales (famille, amis, abonnés), le repos, etc car ça n’apporterait rien de bon sur le long terme.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Comme un pingouin (@commeunpingouindansledesert) le

Et ça a été un grand soulagement ! La culpabilité s’étant envolée, le chantier redevenait un lieu agréable et je m’y sentais à nouveau bien.
Il a fallu du temps, tout ça s’est déroulé sur à peu près 1 an, et heureusement Kevin a été fort et notre couple n’aura pas été brisé par notre autoconstruction (ou plutôt par l’intensité avec laquelle j’ai vécu ce projet).


Peut-être que beaucoup ne se reconnaîtront pas, ma nature anxieuse à peut-être provoqué cet état de « deuil de l’autoconstructeur », en tous cas aussi prononcé. Heureusement Kevin étant moins anxieux de nature, on forme une bonne équipe !

Chacun est bien sûr différent et ne vivra pas l’autoconstruction de la même façon, avec la même intensité… N’hésitez pas à laisser votre ressenti en commentaire et si vous reconnaissez ces phases faites nous signe, j’aimerai savoir si je suis la seule à pouvoir faire ce parallèle. 😉

← Article précédent

Article suivant →

20 Commentaires

  1. Bonjour Salomé et merci de partager ça avec nous !
    Je pense en effet qu’une autoconstruction peut vite se transformer en cauchemars si on s’attend à ce que tout se déroule comme prévu.
    Moi j’ai eu la « chance » de vivre ça pour d’autres projets avant donc j’ai décidé – avant de commencer à construire – que je resterais zen, quoiqu’il se passerait et le temps que ça prendrait ! Et heureusement pour moi, mon mari était aussi plus cool et enclin à prendre des pauses, ça m’a bien aidée dans les moments où je commençais à me mettre la pression.
    En plus, nous avions visité plusieurs chantiers avant où les couples avaient finis par se séparer à la fin de l’autoconstruction, justement à cause de ça je pense. Du coup j’avais vraiment décidé que mon couple était le plus important, peu importe comment avançait la construction ! (Surtout que nous avons eu nos enfants en même temps, donc c’est encore plus important de se préserver ! et préserver son couple !)
    Mais oui, je pense qu’on peut rapidement tomber dans ce que tu appelles « les étapes du deuil » et du coup ne plus profiter de son chantier.

    Merci de le partager ici, je suis sûre que ça pourra bien aider tous les gens qui se lancent dans l’aventure et qui pensent que ça va être facile et que tout va se passer comme prévu ! Parce qu’il y a peu de chances en fait, et vu l’ampleur du projet, il vaut mieux choisir son bien-être (et son couple!) d’abord.
    Je te souhaite de bien profiter de la fin de ton chantier alors ! C’est vrai que quand on ne stress pas avec des délais, c’est vraiment plus agréable 🙂

    • Les Pingouins

      Salut Sarah,

      Merci pour ton témoignage 🙂

      C’est sûr qu’il faut prioriser si on veut protéger son couple !
      C’est fou, on entend souvent que des gens se séparent pendant leur autoconstruction, mais il y a très peu de monde qui en parle !

  2. David19

    Salut,
    Je ne veux pas être le premier à m’exprimer sur ce sujet épineux, mais ne t’en fais pas (ne vous en faites pas) dans les grandes lignes il y a bien des points communs pour des projets pourtant différents. Je laisserai le soin à ma femme de faire un topo si elle le souhaite, cela lui fera une séance spy.
    Je vais pour ce soir m’exprimer sur un point même si je ne suis ici pas dans le thème. Dans mon métier je conçois, prescrit/préconise des solutions pour construire des bâtiments plutôt industriel mais peut importe. Dans le cadre de ce qui est de prendre des décisions ou de faire des choix raisonnés face à un problème durant une affaire, suivant la posture dans laquelle vous vous trouvez vous ne mettrez pas en place forcement ni la même approche ni la même solution:
    . Si j’interviens dans le cadre de mon travail sur mon chantier j’irai droit au but sans trop d’interférences, je veux que cela marche, que ce soit conforme et pas d’emmerde à venir même si cela ne plait pas au client ou lui coute plus.
    . Si je vous donne mon avis sur un point de votre chantier je serai déjà influencé un peu par votre propre choix et comme je n’aurais pas en quelque sorte besoin de donner de garantie, le budget peu importe, je donnerais donc certainement une autre solution.
    . Si je donne mon avis sur le boulot d’un concurrent, là certainement encore un autre topo, histoire de bien faire valoir mon égo: mais c’est de la merde!
    . Et enfin là où je veux en fait en venir par rapport au sujet qui nous lie, lorsque c’est pour soit même avec sa monnaie, toute la cogite qui va avec, l’on peut prendre encore d’autres décisions, et parfois pas les bonnes surtout à chaud et ce même si l’on est de la partie 😉
    Dans ce cas ce n’est pas forcement l’expérience ou la compétence sur le sujet ou encore la préparation de son projet qui prime mais son self control, sa personnalité, sa capacité à se poser, à faire abstraction de tout un tas de choses et à réfléchir. Mais cela peut s’avérer vraiment difficile surtout dans l’instant T avec l’état de stress et de fatigue générés par de tel chantier.

    Allez, courage vous avez fait le plus difficile!

    • Les Pingouins

      Salut David,

      Merci pour ton retour, comme d’hab très intéressant 🙂

      C’est sûr que le plus dur est derrière nous !

  3. Charlotte robert

    Merci pour ton partage (courage) ! C’est une lecture rare et précieuse surtout pour les couples qui se lancent dans l’autoconstruction (comme nous) . Forcément les caractéristiques du projet sont différentes mais les phases par lesquelles tu es passée doivent être similaires à bon nombre de personnes qui se lancent. Merci vraiment pour cet article qui a le mérite de nous rappeler de ne pas se noyer dans le projet et d’apprendre à lâcher prise. Nous en sommes conscients mais le vivre sera forcément différent. Alors, quand nous serons dans les phases de deuil que tu décris parfaitement, je te relirai. Merci pour ça… Nous nous estimons chanceux d’avoir croisé votre chaîne you tube et les personnes que vous êtes. Belle soirée et au plaisir de vous rencontrer. Charlotte

    • Les Pingouins

      Salut Charlotte,

      Merci pour ton message, c’est touchant 🙂
      Bonne continuation pour votre chantier, en espérant que vous ne ferez pas la même erreur que moi et que cet article vous aidera !

  4. Jérôme

    Saut ! J’étais triste de lire ce billet au début car cela ne semble pas avoir été un morceau de tarte, mais content de lire ensuite que cela est passé, et que ça va mieux. Sincèrement cela ne s’est pas vu du tout dans vos vidéos vous aviez l’air toujours super motivé et enthousiastes; oui bon facile avec le montage…
    En tout cas, merci pour ce témoignage, cela me parle, et j’y puise donc de l’inspiration pour aller de l’avant ! Et puis on vous souhaite tout le meilleur pour la suite !

    • Les Pingouins

      Salut Jérôme,

      Merci pour ton message ! Le temps fait passer les choses, heureusement 🙂
      Et effectivement c’est facile d’avoir l’air d’aller bien sur une photo ou sur une vidéo, mais parfois c’est important aussi de parler des moments difficiles.

  5. J’avais senti que tu étais passé par une de ces phases difficile en vous écoutant etc… C’est sur que c’est très dur parce que ça n’est pas mental, c’est des émotions fortes qui doivent passer et qui ne se contrôlent pas comme ça. La colère doit sortir quand elle monte (faut surtout pas la bloquer) et le top c’est de la canaliser pour pas qu’elle éclabousse autour de nous. Une fois que c’est fait ça permet de passer à autre chose de plus constructif (regarde ce qui se passe dans les rues tous les WE ! quand c’est trop c’est trop). Les boudhistes ne parlent jamais de la colère c’est un bug dans cette philosophie… (comme si la colère n’existait pas, bonjour les problèmes que cela peut créer).
    Vous êtes chouettes tous les deux. Tous ces moments difficiles vous rendront plus forts ! J’en suis persuadé. C’est un super beau projet que vous menez.
    Et encore merci à vous, j’ai presque fini mon permis et vos tutos ont été d’une très grande aide 🙂 Le dépôt du permis de construire c’est le 2e grand jour après la signature du compromis… 😛 (Mais j’imagine qu’il y a plein d’autres « grands jours » ensuite au vu du nombre d’étapes !!!). C’est une course de fond, pas un sprint (et le voyage est plus important que la destination). Bon j’arrête la avec ma philosophie de comptoir ^^ à bientôt !

    • Les Pingouins

      Salut Mars,

      Merci pour ton message 🙂
      C’est sûr que l’autoconstruction aura rendu notre couple plus fort ! Mais il y a des jours où il faut s’accrocher, c’est pas toujours simple.

  6. Bravo d’avoir abordé cet aspect de votre chantier, de votre vie, avec transparence et pudeur. Et bravo à vous deux d’avancer ensemble.

    En réno perpétuelle, d’un projet à un autre (un peu comme si j’avais ça en moi – et pas complètement le choix…) je reconnais combien le couple est mis à rude épreuve. Le mien a cédé en partie du fait des travaux.

    Mais vous, vous avancez ensemble et c’est top ! Vous touchez au but, plein de bonheur à vous et merci pour le partage d’experience !

    • Les Pingouins

      Salut Gaël,

      Merci pour ton commentaire très bienveillant 🙂

      Bonne continuation à toi pour tes chantiers.

  7. gwenzardin

    Bonjour Salomé
    J’adore votre projet, j’admire votre organisation et votre détermination,
    j’ai découvert votre site et votre chaine par hasard en cherchant des infos sur les structures ossatures bois.
    Respect total, vous êtes très inspirant, c’est normal d’être à fond et c’est aussi normal d’être déçue quand ça n’avance pas au rythme prévu.
    Vous avez accompli un travail de dingue, bravo!
    Moi je pense que ça ne va jamais assez vite et je finis par accepter que rien ne se passe comme sur le papier.
    Je rénove petit à petit une maison de vigne en Aveyron, c’est toujours plus long que ce que je pense.

    • Les Pingouins

      Salut Gwen,

      Merci pour ton message 🙂 C’est vrai qu’on a toujours envie que ça avance plus vite, mais parfois il faut prendre du recul sur tout ce qu’on a déjà fait, et ça fait du bien de voir tout ce qui a été accompli ! 🙂

  8. Merci pour cet article très réaliste, nous sommes en train d’autoconstruire notre Tiny House depuis février 2019, on estime qu’elle sera finie en juillet cet été, on croise les doigts, mais déjà au bout d’un mois et demi de construction, on a déjà ressenti des phases de découragement, enfin surtout mon compagnon qui gère tout le chantier quasiment tout seul, lourde tache, et n’avait pas forcément anticipé tout ça, émotionnellement. Il est de nature très perfectionniste, et donc ne supporte pas de devoir faire des compromis, quand il est face à une difficulté, dû à des matériaux ou autres. Il vise la perfection, or elle n’existe pas comme je lui dis tout le temps, et du coup il a du mal à prendre le recul nécessaire. Nous avons commencé à poser le pare-pluie, donc ça commence à prendre tournure, et il a repris le moral ! En tout cas c’est très complexe comme expérience, on devrait en ressortir vraiment plus forts, et nous vous souhaitons de finir prochainement votre maison ! bon courage 😉

    • Les Pingouins

      Salut Aurélie,

      Merci pour ton témoignage 🙂
      On comprend parfaitement ton compagnon, nous qui sommes perfectionniste aussi, c’est parfois difficile de se dire « ok là je ne pourrait pas faire mieux ».

      Clairement c’est une expérience qui renforce le couple !
      Bonne continuation à vous deux et longue vie à votre petite maison 🙂

  9. Très bon article lucide, courageux et sûrement vital pour continuer.
    Merci pour le partage et bravo.

  10. Yannick

    Je comprends tellement ces quelques lignes. J’ai rénové et au bout de 6 ans, l’intérieur se finit enfin !
    J’ai lu dans les commentaires qu’on parlait du Bouddhisme. J’ai une petite histoire à ce sujet :
    Un roi des plus aigris et sadiques jugeait ces sujets avec la plus grande des fermetés. Lorsque ceux-ci devaient être exécutés, il leur posait un dilemme : « Si tu réponds correctement à mon énigme, tu pourras être libéré sur le champ ». Ceux-ci pouvaient soit s’y essayer, et en cas de perte, mourir torturé encore plus, soit mourir sans souffrance. La question était la suivante : « Donne moi une phrase, qui me rende triste quand je suis heureux, et heureux quand je suis triste ! » Beaucoup essayèrent et mourraient dans d’atroces souffrances.
    Un jour, un méditant s’est présenté à son sort. Le roi lui posa la question. Le méditant y répondit simplement : « Tout passe »… Le roi déçu, fut contraint de le laisser partir…
    Alors quand la colère de ne pas réussir à visser, à planter ce clou, à rendre cette poutre d’équerre de suite, de ne pas trouver cette solution-là tout de suite, de s’être planté… Je repense juste à ces 2 mots : « Tout passe » !
    J’espère pouvoir vous croiser sur le tour des pingouins 😉

    • Les Pingouins

      Salut Yannick,

      Merci beaucoup pour cette petite histoire, elle est très juste dans notre situation 🙂
      On va tâcher de se rappeler que « Tout passe » !

      Pour le tour des Pingouins, hésites pas à nous envoyer un mail avec ton adresse 😉
      Bonne continuation pour ta rénovation!

Laisser un commentaire

css.php