Le déclic

Parfois dans nos vies il se produit un déclic, le truc qui fait qu’on veut tout changer… Voilà le déclic d’un pingouin dans le désert !

Jeudi 14 Avril 2016

J’ai 22 ans, en dernière année de master en management.

A l’heure où j’écris ces lignes, je rentre d’un séjour de 3 jours à Paris pour le boulot. Ces 3 jours ont été une révélation, un déclic, LE déclic !

Alors que les paysages défilent dans le train qui me ramène chez moi, je fais un point sur ma vie… Mon contrat se termine en Septembre, et je serais bientôt diplômée. Mon boss m’a proposé un CDI : le rêve pour la plupart des gens « vu la conjoncture actuelle »…

J’ai, depuis quelque temps déjà, des doutes sur le fait de vouloir une vie « métro-boulot-dodo » et, ce CDI n’est pas si facile à accepter. D’un côté, ma conscience me pousse à dire oui, parce qu’il « faut s’estimer heureux d’avoir un boulot, tout le monde n’a pas cette chance ». De l’autre, mon coeur me dit « NON, si tu l’acceptes, tu t’enfermes et c’est la fin ! »

Il aura finalement suffi de ces 3 jours à Paris pour prendre ma décision. En 3 jours, j’ai simplement vécu des situations classiques et qui font partie de la vie quotidienne de plein de gens. Mais voilà, ça ne me convient pas, je ne suis pas à l’aise avec tout ça… comme un pingouin dans le désert, je ne suis pas à ma place. Et chaque situation m’a fait prendre conscience de choses importantes pour moi.

1- Le rendez-vous client qui s’éternise

Le 1er jour, j’avais un rendez-vous banal avec un client pour valider certains points concernant un projet. Le rendez-vous s’éternise et finit vers 20h au lieu de 18h. Rien de très extraordinaire, mais là je me suis dit « pourquoi j’ai passé deux heures de ma soirée avec ce mec au lieu de les passer avec mes proches… »

1er déclic : Je veux passer le plus de temps possible avec les gens que j’aime et le moins de temps possible au boulot ! 

2- Déjeuner avec un client

Le 2ème jour (on dirait que je raconte la genèse, mais c’est presque ça :p), après un rendez-vous en fin de matinée, je déjeune avec un client dans son restau fétiche.

Pour ne pas paraître impolie, j’ai pris un plat avec de la viande, malgré le fait que je n’en mange pas habituellement (pour tout un tas de raison que j’aurais l’occasion d’expliquer plus tard sur ce blog). C’est là que je me suis rendu compte à quel point les relations professionnelles sont superficielles. Le semblant et le paraître ne font pas vraiment partie de mes valeurs, encore une fois je n’étais pas à l’aise avec tout ça…

Nous étions une dizaine à table et ces plats étaient très copieux. Presque personne n’a pu finir son assiette. Ça m’a gênée tout ce gâchis, mais dans un restau ce n’est pas vraiment un problème pour les gens.

2ème déclic : Je veux une vie simple, avec ce qui est nécessaire, sans gâchis, sans paraître et sans hypocrisies.

3- Le transport en commun

Le 3ème jour, j’ai pris le métro à l’heure de pointe, là encore rien d’extraordinaire. Pas un seul sourire, il était tôt le matin. La plupart des gens allaient certainement au travail, et pas un ne semblait heureux. Les gens sont malheureux chaque jour, mais continuent. J’en conviens, c’est difficile de quitter son boulot merdique et de vivre autrement.

Mais je crois que justement, en septembre j’ai l’opportunité de ne pas entrer dans le cercle vicieux de la vie « normale » et de choisir autre chose, un chemin alternatif !

3ème déclic : Je veux être heureuse de faire ce que je fais.

 

Ces 3 jours m’ont décidé, ce sera NON au CDI et OUI à une alternative plus proche de mes envies et de mes convictions.

Il ne reste plus qu’à trouver un plan !

Article suivant →

15 Commentaires

  1. Bonjour,
    bossant à Paris, je vois bien ce que tu veux dire.
    Néanmoins, j’ai fais le choix d’être moi-même, ce qui signifie que j’ai souvent des clashs avec mes boss et les clients.
    Typiquement dans mon domaine (informatique), il ne faut jamais dire non, ou je ne sais pas à un client. Sauf qu’aucun commercial n’a réussi à me l’expliquer! 😉

    Pour les réunions le soir, généralement je dit non, même après 17h.
    Seule la RH a du mal avec cette notion.

    Sinon, le CDI n’est pas une corde, c’est juste un contrat de boulot, pour le quitter, un simple préavis de 2 ou 3 mois te retiens, rien d’insurmontable!

    En fait, pour le métro, tout le monde fait la gueule, mais surtout 80% des gens ne sont pas là intellectuellement (beaucoup dorment, pensent à autre chose, lisent, ..)

    Perso, j’ai fait le choix du CDI, et pour le moment, je suis chez un client sympa, donc je ne bouge pas. (départ de paris dans un 1 an, à la fin de mon contrat chez le client).
    Par contre, j’habite à la campagne, donc je suis complètement décalé avec mes collègues!

    Mais bon, on s’y fait.
    Et puis, au final, mes collègues comprennent rapidement que je suis hors case (genre le mec qui n’a pas de smartphone, mais peux t’expliquer comment paramétrer le tien! 🙂 ), donc ne cherche pas plus longtemps.

    • pingouin

      Salut David,

      Merci pour ton message 🙂
      C’est génial que tu arrives à rester toi même et que tu réussisses à dire « non » tout en trouvant ta place !

      C’est vrai qu’un CDI ça se quitte 😉 mais une fois que tu es engagé dans un truc c’est plus compliqué de faire machine arrière je trouve.

      J’imagine qu’on s’habitue au métro à la longue, mais c’est vrai que ce n’est pas un lieu très joyeux ^^

      A bientôt sur le blog et bonne continuation à toi !

      • Salut,
        Pour rire, les transports, c’est le seul moment où j’arrive à lire.
        A la maison, j’ai toujours 40 trucs à faire, et j’y arrive pas…

        Pour les CDI, j’ai un statut particulier, je suis positionné chez des clients, et les clients pour des raisons légales ne gardent pas les prestataires plus de 2 ou 3 ans.
        Donc au final, j’ai régulièrement des créneaux de sortie où je ne suis pas impliqué dans un projet! 😉

        Après, j’avoue que j’ai un projet similaire, mais qu’il faut toujours un revenu pour gérer au quotidien, mais je ne sais pas comment faire sans mon boulot.
        C’est un peu mon interrogation actuel. (mon client a prévu de me faire partir au maximum début 2018, donc je commence à y réfléchir)

        Bref, au final, dés qu’on a un projet d’autonomie, c’est toujours les mêmes questions qui reviennent! 😉

        • pingouin

          Oui il y a un moment où il faut un salaire le temps que l’autonomie se mette en place !
          Il faut du temps mais le but à atteindre est génial donc ça vaut le coup :p

  2. Hélène

    Bonjour vous 2,
    Hier encore je traînais sur votre blog Poimobile et ce matin je découvre par hasard vos projets de pingouins, j’adore ce genre de coïncidences ! 🙂

    Votre « manifeste » va sans doute parler à beaucoup de personnes qui sont coincés dans leur prison dorée, « métro boulot dodo » et à n’en pas douter, votre chaîne et vos vidéos super didactiques vont semer des graines dans la tête des gens…

    En tout cas votre démarche est super inspirante, merci à vous de partager tout ça ! 🙂

    • pingouin

      Salut Hélène,

      C’est génial cette coïncidence 😀
      On espère qu’on arrivera à semer des graines et on te remercie pour ton message qui nous fait chaud au coeur, ça nous donne la motive !! 😀

      A bientôt et longue vie aux Pingouins !

  3. Toutes ces belles idées pingouins sont magnifiques, et j’ai les même, mais avec 2 enfants de 9 et 14. Et rester cohérents avec la philo pingouins n’est pas facile…croyez moi.Enfin, j’espère aussi que les pingouins se cantonneront bientôt à une petite heure d’informatique maxi par jour vu le coût CO2 généré,sans parler de la durée de vie très courte d’un satellite, et de toute la cascade de mise en oeuvre depuis Kourou (1 tir par mois) jusqu’aux caisses de l’Europe qui fournissent l’argent du spatial, des câbles de fibre tirés dans les océans,du coût énergétique des serveurs, de toute la réfection permanente de tout le matériel terrestre qui devrait être piloté par des ordinateurs, dont la durée de vie est très courte, et le tout manufacturé en Asie,transporté chez nous dans des milliers de containers sur des navires bien propres…La vraie conso, ce sont peut être bien les ordis qui la génèrent…Vous voyez ainsi le but ultime d’un jardinier, philosophiquement parlant….
    Bon courage vers les voies de la simplicité que sont le vélo, le jardin, le tissu,le bois, un peu d’acier, des tubes derrière du verre pour l’Eau chaude, aller, un peu d’éolien et d’hydroélec…de l’air comprimé….Mais après,plus poussé en hight tec, il va falloir y aller gentillement car pour l’instant, il y à trop de souffrances générées chez d’autres pour fabriquer ces fameux téléphones…
    Amicalement tout de même
    Pascal

    • Salut Pascal,
      Tu as tout à fait raison, les nouvelles technologies sont génératrices de beaucoup de souffrance et de pollution… d’un autre côté, elles permettent de réunir des gens qui ne se seraient jamais connus autrement et donnent accès à une source de savoir infini (ou presque) !

      C’est un vrai dilemme qui mériterait un article sur notre blog. Quand la maison sera terminée, nous explorerons sûrement ce sujet 😉

      Merci pour ton message et bonne route à toi vers la simplicité volontaire !

  4. Bonjour les pingouins ! Je suis dans la phase de recherche d’information après avoir tenté l’aventure « grande entreprise cool » qui ne m’a pas convaincu 😀 Reconversion depuis quelques mois et là je suis dans la recherche d’information avant de me lancer avec ma copine dans l’auto-construction de notre tinyhouse/kerterre (on hésite encore). On prend notre temps et on se renseigne bien, car comme vous, on est pas du milieu. Vous faisiez/faites quoi dans l’informatique plus précisément ? Bonne continuation sur la banquise !

    • pingouin

      Salut Julien,

      chouette votre projet 🙂 j’espère que nos vidéos vous motiveront à sauter le pas 😉
      Pour répondre à ta question, on fait du développement de site internet principalement et parfois on a des projets d’applications mobiles et de gestion de serveurs.

      Bon cheminement vers votre nouvelle vie et longue vie aux Pingouins !

  5. Je tombe par hasard sur votre site et, ouah, quelle claque ! Je suis à la fois impressionné par vos avancées et touché par votre sincérité !
    En parallèle, je me reconnais pas mal dans ton (votre ?) déclic. J’en avais parlé sur notre blog familial :
    https://famille-durable.com/56/

    Le seul truc, c’est que ça m’a pris (beaucoup) plus de temps de m’en rendre compte !

    Je vais suivre avec beaucoup d’attention votre projet !
    Bonne continuation

    Arnaud

  6. lemoine karine

    Oui ce fameux déclic pour ma part c est lie au Portugal et au sentimental trois ans et toujours des signes.jespere avoir le déclic.prendre du recul peut aider contente en tout cas pour vous la décision est bonne

  7. Susana Mateo Sánchez

    Bonjour,

    Je viens de découvrir vos vidéos sur Youtube et je suis très impressionnée par votre projet de vie !! Vous aviez fait des formations avant de vous lancer (électricité, construction, permaculture,…) ? Ou vous êtes manuel de nature ? C’est dingue votre connaissance si riche dans des domaines si variés !
    Bonne continuation ! 🙂

    • pingouin

      Bonjour,

      Alors non, aucune formation ni connaissance spécifique avant de se lancer dans ce projet, mais beaucoup d’étude : blog d’auto-constructeur, livres techniques, vidéos Youtubes, sites internet…

      Kévin bossait souvent avec son papa quand il était petit, mais c’est tout. On apprends au fur et à mesure 🙂

      Merci beaucoup, a bientôt 🙂

Laisser un commentaire

css.php