7 Conseils pour bien choisir son assurance (contrat habitation)

Bon on l’avoue, le titre est un peu putaclic. On a lu des dizaines d’articles bidon avec le même genre de titres sur les assurances. Alors on va essayer de faire un peu mieux…

Une fois hors d’eau et hors d’air nous avons voulu assurer notre maison en bois autocontruite. On a pas envie qui lui arrive malheurs, mais si ça devait arriver, on veut être indemnisé pour ne pas se retrouver sans rien. Nous avons dû chercher une assurance, et on vous partage ici quelques conseils qui nous semblent utiles pour bien choisir son assurance habitation.

Préparer la liste de vos souhaits et vos particularités.

Dans notre cas, nous voulions avant tout une protection intéressante sur les gros dommages. Nous assurons avant tout notre maison contre les risques importants, pas pour les petits pois décongelés… Notre liste contenait entre autres :

  • Assurance contre le vol pendant la fin des travaux
  • Assurance contre les incendies
  • Possibilité de reconstruire nous même, ou de garder l’indemnité et ne pas reconstruire
  • Protection en cas de champignons / insectes xylophage (Bon, finalement aucune assurance ne propose ça à priori…)
  • Plafond important pour les dégâts des eaux (car nous avons une dalle bois)
  • Maison en bois
  • Pas de volet pour le moment

Bien sûr cette liste est très personnelle et dépend des particularités de votre maison, de votre façon de vivre et de vos priorités. Mais c’est justement parce que nous n’avons pas tous les mêmes attentes et les mêmes biens à protéger qu’il est important d’en discuter point par point avec les conseillers pour s’assurer que l’assurance correspond bien à votre cas et à vos attentes.

Checklist assurance habitation

L’important c’est d’avoir une liste la plus complète possible, vous pourrez ainsi exposer tous les points précis aux différentes assurances et noter leurs réponses en étant sûr de ne rien oublier.

Faites un tableau récapitulatif des assurances

Chaque assurance a ces petites spécificités et si vous allez en voir une dizaine ça sera très vite un casse-tête pour vous rappeler de tous les aspects de chaque assurance.

L’idéal c’est donc de reprendre la liste de vos attentes et d’en faire un tableau récapitulatif pour comparer toutes les assurances facilement. En un coup d’œil, vous verrez les points forts et les faiblesses de chacune.

tableau comparatif assurance

Une partie de notre tableau comparatif d’assurance.

Pour s’y retrouver facilement, nous avons coloré les cases :

  • vert : Ce que propose l’assurance correspond tout à fait à ce qu’on veut
  • orange : Ce que propose l’assurance correspond en partie seulement à ce qu’on veut
  • rouge : L’assurance ne propose pas ce que nous souhaitons

Il y’a également quelques conditions qui peuvent être éliminatoires. Pour nous par exemple, ce sont les assurances qui exigent des volets pour que les risques de vols soient couverts. Vu qu’on n’aura pas de volet avant un petit moment, on veut quand même être couvert, donc on élimine d’office celles qui ne nous couvrent pas.

Ensuite on peut visuellement rapidement voir les assurances qui se démarquent des autres : celles qui ont le plus de cases vertes. On peut ensuite s’attarder plus en détail sur les quelques assurances qui nous correspondent le mieux et comparer notamment les tarifs.

Ne soyez pas un pigeons !

Bon ça parait évident, mais à voir comment se comporte certains conseillers, on préfère prévenir. Souvent ils vont vous parler de leur offre super intéressante du moment qui vous permet de profiter d’un tarif super intéressant pendant 3 mois ou de la gratuité pendant 2 mois ! L’affaire en or qu’il ne faut pas louper. Enfin selon eux.

C’est un très mauvais calcul de choisir une assurance pour ce genre de motif. Ce qui compte c’est la protection de votre maison, pas une petite promo bidon.

Si vous restez dans la même assurance pour votre maison pendant 10ans, la gratuité de 2 mois de cotisation équivaut à une réduction de  1.5%. C’est ridicule comme réduction.

Rentabilité offre gratuite assurance

Comme j’ai bien les graphiques, voici une représentation du pourcentage de réduction rapporté à la durée du contrat. Au-delà de la 8éme année, 2 mois offerts sont équivalents à une réduction de moins de 2%. L’offre est intéressante seulement si vous ne restez pas plus de 18 mois, ce qui équivaut à 10% de remise (et c’est pas non plus dingue comme réduction…)

Une fois que vous aurez trouvé une assurance qui vous convient au niveau des garanties apportées, vous pourrez négocier le prix (et obtenir bien mieux que 1.5% de réduction…)

Autre technique beaucoup utilisé, les « petits plus » que l’assurance vous proposent. Par exemple nous avons eu droit à la super assurance sur le contenu de notre congélateur  : Si jamais on débranche le congel en passant l’aspirateur et que dans un moment d’égarement on oublie de le rebrancher, l’assurance nous rembourse nos petits pois !

Pigeon assurance

Les colombes, oiseaux souvent considérés comme majestueux, ne sont généralement que des petits pigeons blancs. Ce n’est toutefois pas une raison de vous faire avoir comme un pigeon par votre assurance.

Le genre d’options qu’on juge vachement inutile, d’une part parce qu’on veut assurer notre maison et pas nos petits pois et qu’en plus il est hautement probable que le jour où le congélo va déconner (plusieurs années après avoir signé le contrat habitation) on aura oublié qu’on peut se faire rembourser le contenu et si on y pense après, on aura pas déclaré le sinistre dans les 48h donc ça sera trop tard et puis on aura sûrement jeté les petits pois avant de penser à les prendre en photo pour l’assurance… (Bon en plus avec les petits pois du jardin je sais pas bien ce qu’ils vont nous rembourser, les graines peut être ?)

Bref, c’est le genre de petit plus qui ne sert à rien à part vous détourner des vraies questions sur les dégâts coûteux. N’oubliez pas que vous pourrez sûrement toujours vous payer un nouveau paquet de petits pois, mais plus difficilement une nouvelle maison si elle est complètement détruite…

Exiger les CGV (Conditions Générales de Ventes) des assurances

Les assurances ont l’obligation de vous remettre une copie des CGV avant la conclusion du contrat. C’est l’article L112-2 du code des assurances :

Obligation cgv assurances

Et c’est bien normal puisque c’est dans les CGV qu’il est indiqué tout ce qui est couvert ou non, c’est bien normal que vous puissiez les lires avant même de signer le contrat. La plupart vous les donnent sans soucis, certains râlent un peu (Ce qui est plutôt mauvais signe…), mais pour toutes les assurances que nous avons été voir, nous avons pu les obtenir sans trop de soucis.

Je vous conseille ensuite de tout lire. Ouais, c’est vraiment chiant et long, mais c’est indispensable, car vous allez découvrir plein de petites choses qui ne sont pas couvertes dans ces CGV et par rapport à la particularité de votre maison ou vos biens, vous remarquerez peut-être certaines choses très importantes.

Ça semble assez imbuvable, mais finalement ça se lit assez bien. Généralement ce qui n’est pas couvert est écrit assez clairement.

lecture cgv assurances

Ici par exemple, en ce qui concerne les vols, il est clairement indiqué les cas qui sont pris en charge et ceux qui ne le sont pas.

Ce que nous avons fait en lisant les CGV des assurances, c’est de mettre des petits symboles dans les marges :

  • + : Pour des points couverts par le contrat qui ne le sont généralement pas chez d’autres assureurs
  • – : Pour des points non couverts par le contrat, mais qui le sont généralement chez d’autres assureurs
  • ? : Pour les trucs qu’on ne comprend pas et sur lequel il faut qu’on se renseigne auprès du conseiller et sur internet
  • /!\ : Pour des points qu’il faut qu’on vérifie (ex : le niveau de sécurité ou une garantie qui est une option et qui doit bien figurer dans les options complémentaires qu’on signera)

Comparatif assurances

Voici quelques exemples dans l’extrait de contrat ci-dessus :

  • Nous avons mis un « ? » car on aimerait en savoir plus sur comment on est censé établir les circonstances d’un vol ? Comment ça se passe concrètement.
  • Nous avons mis un « + » car cette assurance garantie le vol même si nous sommes absent pendant longtemps, ce n’est pas le cas de la plupart des assurances qui n’assure plus le vol si vous absent plus de 60 jours consécutifs par exemple.
  • Nous avons mis un « /!\ » car il faut qu’on vérifie que nos moyens de protections sont conformes aux exigences et que tout est bien noté dans les Dispositions Particulières quand on signera le contrat.

Le diable se cache dans les détails

Pour les assurances, les différences entre deux assureurs se trouvent aussi (e surtout) dans les détails. Prenons le vol comme exemple. Toutes les assurances que nous avons été voir assurent le vol (une fois la maison construite en tout cas).

Par contre les différences sont nombreuses. Voici quelques exemples

  • Certaines assurances ne vous couvrent plus du tout pour le vol si vous êtes absent plus de 60 jours consécutifs
  • Certaines assurances ne vous couvrent qu’à hauteur de 30% si vous êtes absents plus de 60 jours consécutifs
  • Certaines assurances ne vous couvrent plus du tout si vous êtes absent plus de 90 jours non consécutifs sur une année
  • Certaines assurances exigent que vous ayez des serrures de sécurités sinon elle ne vous couvre pas
  • Certaines assurances exigent que vous ayez des volets
  • Certaines assurances ne vous couvrent qu’à 50% si vous ne respectez pas les mesures de sécurité qu’elles indiquent au contrat (type de serrure, volets…)
  • Certaines assurances vous couvrent quand même si les mesures de sécurité que vous n’avez pas respectées n’ont pas eu d’impact sur le vol (par exemple vous n’avez pas de serrure de sécurité sur votre porte d’entrée, mais de toute façon le voleur est passé par la fenêtre)
  • Certaines assurances par contre ne vous couvrent pas du tout si vous n’avez pas respecté toutes les mesures de sécurité. (Donc même si le voleur est passé par la fenêtre, si vous n’aviez pas la bonne serrure vous n’êtes pas remboursés)
  • Certaines assurances garantissent le vol même s’il n’y a pas eu d’effraction. (ex : Utilisation d’une copie de votre clé, crochetage)
  • Certaines assurances ne garantissent rien s’il n’y a pas eu d’effraction

Donc pour chaque point précis, plusieurs possibilités que chaque assurance combine différemment… Pour comparer les assurances, c’est un vrai casse-tête  car bien souvent il n’y a pas d’assurance qui couvre tout, donc il faut faire des choix : Est-ce qu’il vaut mieux être couvert même si vous avez oublié de fermer vos volets entre 22h et 6h ou bien être couvert si on vous a crocheté votre serrure ?

Nietzsche et les assurances

Qui aurait cru qu’on pourrait placer un portrait de Friedrich Nietzsche dans un article sur les assurances ? Pourtant c’est lui l’auteur de la phrase « Le diable se cache dans les détails » et il avait bien raison, même s’il ne parlait sûrement pas des CGV des assurances. Et pour ne rien gâcher, en plus de dire des choses très censées, il avait une sacrée belle moustache, nan ?

 

Maintenant quand en plus vous combinez tous ces détails avec les clauses d’incendies, dégâts des eaux, dommages électriques… ça commence à se compliquer un peu. C’est aussi pour ça qu’il est intéressant de se faire une liste de ce qu’on veut comme garanties dés le départ et de ce concentrer sur ces points là seulement. Sinon ça prend un temps fou de comparer des dizaines de CGV sur des milliers de points de détails.

Ce qui serait vraiment génial c’est un comparateur en ligne qui récapitule tout ça. Tous les détails point par point, ligne par ligne dans un tableau très claire découpée en grande partie (vol, incendie, dégâts des eaux…) Mais non, les comparateurs en ligne se contente simplement de vous donner un prix (et de revendre vos données), comme tout ce qui comptait c’était de payer le moins cher, peut importe si rien n’est garanti… En faite, l’Etat devrait même imposer un format commun de CGV à toutes les assurances, pour aider les clients à faire leur choix (J’ai le droit de rêver, nan ?).

Ne faites pas confiance aux conseillers. 

Les conseillers sont certainement pour la plupart des gens bien. Le problème c’est qu’ils ne connaissent finalement très peu les détails des contrats.

Il suffit de leur poser une petite question un peu technique sur le détail d’une clause que ne vous semble pas claire pour voir que finalement, ils n’ont pas beaucoup plus de connaissance que vous sur les contrats et leurs particularités.

Ce n’est pas forcement de leurs fautes, c’est surtout qu’ils sont transformés en vendeur plutôt qu’en conseiller avec une connaissance approfondie des contrats. Et vu le nombre de contrats qu’ils doivent connaitre et la pression qui leur est certainement mise pour vendre toujours plus, on ne va pas directement leur en vouloir.

Conseillère en assurance

Les conseillers clients sentent bon, ils ont les dents blanches et l’haleine fraîche. Mais ne vous faites pas avoir, cette propreté et leur bonne odeur ne reflète pas leurs connaissances des CGV.

Mais soyez prudent, car beaucoup de conseillers répondent à des questions techniques précises et importantes simplement en lisant rapidement l’article des CGV qui pose question. Leur réponse dépend donc de leur interprétation personnelle. Ils peuvent très bien faire une erreur même avec beaucoup de bonnes attentions et malheureusement souvent ne cherche pas à être sûr de ce qu’ils affirment.

Nous avons eu plusieurs fois en face de nous un conseiller sûr de lui nous affirmant quelque chose qui s’avère finalement faux lorsqu’on lit les CGV.

On tombe quand même parfois sur des personnes très professionnelles qui préfèrent se renseigner auprès de leur siège plutôt que d’affirmer des bêtises. Il faut simplement être prudent et bien vérifier les informations (avec le conseiller, en lisant les CGV, en se renseignant sur internet…).

Obtenez une trace écrite de la part de l’assurance

Après un litige avec une assurance voiture qui nous a fait passer beaucoup de coups de fil et écrire de mail, nous avons découvert quelque chose de très intéressant : Les assureurs ont une obligation de conseil.

C’est différent de l’obligation d’information (qui oblige l’assureur à vous communiquer ces CGV). L’obligation de conseil oblige un professionnel à vous conseiller correctement et sincèrement en toute bonne foi et en fonction des informations que vous lui avez communiquées. Il peut être poursuivi en justice en cas de mauvais conseil.

Dans le cas d’une assurance, si vous indiquez à votre conseiller que vous souhaitez assurer votre maison en construction contre les dégâts des eaux et qu’il vous certifie que c’est le cas avec le contrat d’assurance habitation qu’il vous propose et si vous vous apercevez plus tard qu’il y’avait finalement une clause dans le contrat qui ne couvrait pas ce point précis vous êtes en mesure de vous retourner contre l’assureur puisqu’il vous a mal conseillé.

Le problème dans ce cas-là, c’est que le conseiller pourra toujours dire qu’il vous avait prévenu et ça sera donc votre parole contre la sienne et ça sera compliqué à prouver. Heureusement, il y’a des façons de garder une trace écrite des conseils de votre conseiller pour avoir en cas de problème une preuve.

garder une trace écrite de la part de l'assurance

« Les paroles s’envolent, les écrits restent ». Et si vous êtes d’humeur a parler latin, ça se dit : « Verba volant, scripta manent »

La première solution est de demander à ce que ça soit inscrit sur le devis. Généralement il y’a un récapitulatif avec un intitulé du type « Les informations que vous nous avez communiqué » avec l’adresse, la taille de la maison, le nombre de pièces, etc. C’est dans cette partie qu’il faut demander à rajouter vos spécificités éventuelles : maison en bois, piscine, abris de jardin de 20m²…

Parfois c’est coupé en deux parties avec un autre titre « Vous nous avez fait part de votre souhait de : » avec des listes pré-remplies comme : « Assurance incendie, Assurance Catastrophe naturelle »…

exemple contrat assurance et clauses spécifiques

Exemple de deux « titres » classiques qui récapitulent ce que vous avez comme bien (avec leurs spécificités) et ce que vous avez exprimé comme souhaits.

Certaines assurances ont un champ texte libre dans lequel vous pourrez facilement faire ajouter vos souhaits : ex : « Assurer mes panneaux solaires fixés au sol contre le vol ». Ainsi, si vous découvrez plus tard que finalement les panneaux solaires ne sont pas couverts par votre contrat, car ils sont fixés au sol et pas sur votre toit, vous pourrez vous retourner contre votre assurance, car elle vous a mal conseillé.
L’inconvénient avec cette méthode c’est que la plupart des conseillers seront assez réticents à rajouter ce genre d’info sur le devis . Ils pourront facilement prétexter que ce n’est pas possible avec le logiciel (l’informatique à bon dos…) ou que ce n’est tout simplement pas possible parce que « ce n’est pas comme ça qu’on fait d’habitude »… Malheureusement si les détails précis de vos souhaits ne sont pas écrits noir sur blanc, votre parole n’aura aucune valeur si vous affirmez que le conseiller était au courant. Au contraire même, ces écrits « prouverons » que le conseiller a bien fait son travail, puisque vos souhaits spécifiques ne sont pas écrits. Il ne faut donc pas hésiter à leur faire pression et à refuser de signer si ce tout n’est pas inscrit, peu importe si selon le conseiller « Ah non mais ça sert à rien de le mettre, vous en faites pas mon vieux. »

Une autre solution, un peu détournée, consiste à envoyer à votre conseiller un mail récapitulatif avec toutes vos exigences et vos particularités et lui demander une confirmation que tout ce que vous demandez est bien pris en charge dans le cadre du contrat et du devis qu’il vous a proposé. Vous aurez ainsi une trace écrite de sa part en cas de problème. Malheureusement tous les conseillers n’ont pas un mail direct et tous ne répondront pas forcément clairement à votre mail.

Conclusion sur le choix des assurances

On espère que ces quelques conseils vous seront utiles si vous cherchez une assurance habitation pour votre maison. On vous conseille surtout de prendre le temps de bien choisir et de tout lire, même si ce n’est clairement pas très passionnant.

Perdre sa maison peut être une catastrophe dont il sera difficile de se relever si vous êtes mal assuré. Et même si la conseillère aux dents blanches est bien sympathique quand elle vous présente son devis (avec 2 mois gratuits et les petits pois remboursés !), en cas de sinistre de plusieurs dizaines de milliers d’euros ce n’est pas elle qui prendra la décision de vous rembourser et si l’assurance à un moyen de ne pas vous rembourser (petites lignes dans le contrat), elle n’hésitera pas à le faire, peu importe si cela vous met dans la m***e ou pas.

C’est aussi jeter l’argent par les fenêtres que d’être mal assuré pour des risques qui nous semblent les plus importants, ou assurer pour des risques qui nous importe peu (genre les petits pois…).

En tout cas on vous souhaite bon courage 🙂

← Article précédent

Article suivant →

6 Commentaires

  1. Bonjour,
    Une remarque : un prix élevé n’est pas synonyme de garantie élevé.
    L’enseigne verte commençant par G assure le vol en option dans certains contrats.
    Et il est possible de trouver 2 fois moins cher, avec cette option dans le service de base.

    Pour être honnête, je n’ai aucune idée de ma garantie contre le vol.
    Faut dire que la maison est quasiment jamais fermé à clés.
    Par contre, j’ai vérifié la clause sur les dégradations (j’ai rien à voler, mais me casser une porte me gênerait davantage)

    • pingouin

      Bonjour,

      Effectivement, il ne faut pas se fier au prix (dans un sens comme dans l’autre) !

      L’important c’est de regarder les garanties qui nous intéressent personnellement et de comparer les assurances sur la base de ces garanties 🙂

  2. Merci pour cet article, vraiment très complet, sur un sujet carrément indigeste. Nous avons peu ou prou le même projet que vous, donc toutes les informations que vous partagez sont une mine d’or, merci mille fois !! Bon courage les pingouinous !!

    • pingouin

      Merci à vous, bon courage pour votre projet ! Et n’hésitez pas à partager avec nous vos avancés 🙂

  3. François

    Il y a une erreur à mon avis.
    « Nous avons mis un « + » car cette assurance garantie le vol même si nous sommes absent pendant longtemps, ce n’est pas le cas de la plupart des assurances qui n’assure plus le vol si vous absent plus de 60 jours consécutifs par exemple. »
    Hors quand on lit votre CGV, il est stipulé que l’absence « pour une résidence principale » est de 61 jours maxi consécutif. Par contre c’est en illimité dans le cas d’une résidence secondaire. 😉

    • Les Pingouins

      Salut François,
      Merci de nous avoir alerté.
      On ne voit pas où est-ce que tu vois le fait que l’absence pour une résidence principale est de 61 jours maxi ?
      Merci d’avance 😉

Laisser un commentaire