Auto-construction : évolution de la motivation

La motivation est un élément indispensable à la réussite d’un projet en auto-construction. Pourtant, vous allez voir, à travers notre expérience de construction pour notre maison, que la motivation n’est pas toujours présente.

Cela fait 8 mois que nous nous sommes lancés dans l’auto-construction de notre MOB, et on s’est rendu compte que la fougue des premiers jours s’était dissipée ^^ (mais pas complètement disparue, elle refait surface de temps en temps et vous allez voir pourquoi ).

Ici nous allons parler de notre expérience personnelle de l’auto-construction, en tant que personne mais aussi en tant que couple. D’autres auto-constructeurs n’auront peut-être pas le même vécu ni le même ressenti sur l’évolution de leur motivation pendant leur chantier 😉

Début du chantier d’auto-construction : au top de la motivation

Le premier coup de pelle marque le début concret du projet et la fin d’une attente administrative lente et parfois pleine de déception. Alors forcément à ce moment-là on est blindé de motivation, on a de l’énergie à revendre : le rêve devient réalité !

Pour nous ça commence en Juin avec les premiers coups de bêche et de perfo pour creuser nos fondations à la main et à la sueur de notre front ^^

À ce moment-là, rien ne peut nous arrêter ! Il fait méga chaud, c’est difficile de creuser 9 trous à « la main », mais pourtant on saute du lit tous les matins et on file sur le chantier avec une énergie folle et de la motivation à revendre !

Notre duo fonctionne super bien, c’est la concrétisation de presque 2 ans de réflexions et de recherches ensemble pour se construire notre petit nid.

Le projet continue : la motivation et l’énergie sont toujours là

Après l’été et les fondations viennent l’automne, l’ossature bois des murs et la toiture. Notre petite maison commence à prendre forme, on se rend compte des volumes et le projet devient réalité.

L’auto-construction suit son cours avec parfois quelques difficultés à surmonter : des problèmes techniques, des retards de livraison ou des étapes plus longues que prévu. Mais dans l’ensemble tout fonctionne bien et le fait qu’on soit tous les deux investis à fond dans le projet nous permet de surmonter les épreuves ensemble et de réfléchir aux solutions techniques à mettre en place.

Certaines étapes nous font plus rechigner que d’autre, la toiture à été une étape difficile pour nous puisque Kevin à le vertige et qu’après ma chute du toit (heureusement plus de peur que de mal, plus d’infos dans cette vidéo : Mise en place du pare-pluie sur la toiture), j’avais un peu de mal à retourner là-haut pour continuer le boulot.

Mais l’auto-construction c’est aussi ça : se dépasser pour réussir à faire les choses, même si parfois c’est difficile. On se soutient mutuellement et les difficultés finissent par être surmontées.

L’énergie est toujours là, mais la fatigue, qui s’accumule depuis plusieurs mois, commence à se faire ressentir avec l’arrivée des journées plus courtes et du mauvais temps.

L’hiver arrive et avec lui la motivation disparaît

Après 5 mois de chantier, la fatigue est réellement présente, aussi bien physiquement que psychologiquement !

Physiquement déjà, c’est très dur d’être à fond tout le temps entre le chantier, notre vie professionnelle et les tournages/montages des vidéos pour notre chaîne YouTube. On a une vie à 100 à l’heure et très peu de temps pour nous (même si bien sûr le chantier c’est pour nous puisqu’on construit notre petite maison :)).

La fatigue s’accumule et avec le froid hivernal et les journées très courtes, on craque complètement ! Résultat, au mois de Décembre on est très peu sur le chantier. L’effet pervers de cette situation, c’est qu’en tant qu’auto-constructeur tu sais pertinemment que si tu n’es pas sur le chantier, la maison n’avance pas. Donc c’est très dur psychologiquement, tu te dis que tu n’es pas à la hauteur, que tu devrais y aller, etc. Au final les jours loin du chantier ne sont pas vraiment reposants puisqu’on y pense sans cesse.

À ce moment-là, on entre dans une phase où la perte de motivation n’est pas gérée de la même façon entre Kevin et moi. Lui accepte de prendre une pause et le retard que ça engendre, car il sait que c’est pour se reposer et mieux avancer la MOB après ce repos. Alors que moi, d’un caractère plus impatient, je me tracasse sur le fait que le chantier prend du retard, je suis déçue et je m’en veux de ne pas tout faire pour avancer. Notre couple en prend un coup puisque pour la première fois depuis le début du projet on n’est plus sur la même longueur d’onde.

Pendant toute la durée du chantier, on note ce qu’on fait jour par jour sur un petit agenda pour avoir un souvenir de notre auto-construction. Avec ces données j’ai pu faire un graphique du nombre de jours passés sur le chantier par mois. Sur ce graphique, on voit clairement la baisse de motivation lié à l’arrivée de l’hiver et à l’accumulation de la fatigue.

autoconstruction et motivation courbe dans le temps

On reprend des forces tout doucement

Après la « pause » du mois de Décembre, on se remotive tranquillement à retourner sur le chantier pour finir la mise hors d’air de la maison. On décide d’y aller à un rythme un peu moins soutenu pour ne pas s’épuiser.

L’hiver n’est pas très clément avec nous et ça reste difficile de sortir du van le matin pour aller bosser dans le froid et souvent sous la pluie. Mais ça avance et la maison est ENFIN hors d’eau hors d’air ! C’est un énorme soulagement et  là il se passe comme un « fiou, ça y est ». Une espèce de sérénité s’installe parce que nous avons passé une grosse étape sur le chantier. Du coup, on a mis nos dernières forces pour passer cette étape, et la fatigue reprend le dessus, nous coupe les pattes et la motivation s’émousse à nouveau… (cf le mois de Février sur le graphique ci-dessus).

Retour des beaux jours tant attendu et motivation

En Mars, le temps commence à s’adoucir, on reprend tranquillement du service. La maison avance doucement parce qu’on s’occupe de quelques trucs qui trainaient depuis un moment et qu’on n’avait jamais pris le temps de faire (un abri convenable pour le bois par exemple).

Comme on a besoin de commander quelques matériaux pour continuer, on n’avance pas très vite, mais c’est aussi une excuse pour reprendre doucement sans se brusquer.

Un sentiment de fierté mêlé à de l’impatience commence à s’installer (chez moi en tous cas ^^) : la fierté parce qu’on a réussit à faire le gros œuvre, l’impatience parce qu’il reste tant à faire et j’ai envie d’attaquer une saison plus clémente et agréable, de retirer les bâches pour laisser place au bardage, etc.

Économiser son énergie pendant l’auto-construction

Après ces quelques mois d’expérience en auto-construction, on s’est rendu compte qu’on est parti tellement à fond dans le projet (et c’est normal vu qu’on attendait ça depuis 2 ans). Alors être à fond ça fonctionne pendant un certain temps, mais la fatigue finie toujours par s’accumuler et venir mettre une grande claque à votre motivation pourtant si inébranlable au début !

Il faut s’économiser, accepter de faire des pauses et de prendre parfois du temps pour soit et pas pour le projet. Autoconstruire une maison ce n’est pas un sprint, c’est plutôt un long trek avec pas mal d’embûches.

Le temps libre se transforme souvent en temps de recherches dans les bouquins ou sur Internet pour trouver des réponses aux problématiques techniques qu’on rencontre sur le chantier. On pense sans cesse au chantier et les vrais moments de pause ne sont, au final, pas si nombreux que ça…

Être auto-constructeur, c’est une source de stress intense, tout repose sur les choix qu’on fait et être épaulé c’est un véritable atout ! C’est un soutien incroyable d’être deux à gérer ce stress de l’auto-constructeur et d’être deux cerveaux à chercher des solutions aux problématiques. On est heureux de notre duo dans ce projet mais il faut savoir parfois se serrer les coudes, ralentir et écouter l’autre pour pouvoir mieux avancer ensemble.

Un autre aspect propre à notre choix de documenter activement notre auto-construction vient s’ajouter à la fatigue « normale » du chantier. Tourner les vidéos prend un temps fou sur le chantier et ensuite il faut monter et préparer la vidéo pour la rendre regardable pour notre chaîne. C’est un élément supplémentaire à s’occuper et parfois c’est source de fatigue ou d’agacement (quand le vent à décidé de nous embêter pour tourner une séquence et qu’on perd une demi-heure par exemple ^^). Cependant on reste très heureux de s’être lancé dans cette aventure sur YouTube, Facebook et Instagram, car même si c’est une source de travail supplémentaire, c’est une mine d’échanges, de bienveillance, d’encouragements et de conseils que vous nous offrez en commentaires ou par messages privés (Merci à vous tous pour votre soutien !).

Pour conclure : l’auto-construction, c’est génial, épuisant parce qu’on repousse sans cesse nos limites (aussi bien physiques que psychologiques), mais quelle satisfaction de regarder ce que l’on a construit de ses propres mains et de se rendre compte à quel point on est riche de connaissances 😀

 

← Article précédent

Article suivant →

20 Commentaires

  1. Bravo ! Comme toujours c’est formidable !
    Merci de nous montrer aussi cet aspect humain de votre projet.
    Merci merci merci 🙂

  2. Delage Marcelo

    Merci pour ce billet 😉
    Entrain de réfléchir à une construction futur, j’essaye de mettre le doigt sur les grosse problématique sachant que je compte le réaliser seul.
    Votre expérience sur le chantier et hélas les déconvenues mettent le doigt sur des points clés pour gagner du temps et réfléchir à des solutions.

    Je comprends votre sentiment, j’ai réalisé la rénovation d’un appartement sur Paris avec ma campagne sur une période de 3 ans de travaux, je n’avais pas d’expérience sur la création d’un circuit électrique complet + compteur, plomberie en PER, BA13 mettre en place une cuisine, salle de bain et toilette de zéro et beaucoup de destruction pour refaire l’appartement de A à Z, cela ne fut pas simple. Une telle expérience est une occasion de tester le couple et il y a eu de gros accrochage et des moments de stress.

    C’est amusant de voir qu’à ce moment là l’état d’esprit de notre couple et finalement très proche de vous, je me retrouve un peu dans Kevin sur le côté s’avoir prendre une pause, se déconnecter et prendre les choses comme elles viennent, je pense ne pas trop m’avancer mais comme moi Kévin ne doit pas être un gros stressé :-). Et peut-être que tu me vois venir, ma compagne est de caractère impatiente et stressé elle se tracasse l’esprit sur différente choses au lieu de faire le vide un temps.
    Comme Kévin je suis aussi le déclencheur du projet terrain + MOB cela confère aussi un état d’esprit différent de celui qui accompagne bien que Salomé participe au projet à 50/50. Dans mon cas le futur projet ne sera réalisé que part ma personne et cela fait déjà stressé madame 🙁

    Vous êtes aussi très perfectionniste, lorsque je regarde les autres constructions en MOB qui sont réalisés dans des conditions météos sans que les structures en bois soit protéger par des bâches et du coup l’inquiétude du bois mouillé enfermé entre le par vapeur et le par pluie … qui bien sur n’est pas à suivre mais du coup cela va moins vite.

    Vous n’imaginez pas comment votre expérience m’aide et beaucoup d’autres certainement, merci encore de prendre le temps de faire les vidéos, bien sur vous n’êtes pas ma seul source de documentation 😉 mais si vous deviez être un livre vous serriez certainement mon livre de chevet.

    • pingouin

      Salut Marcelo,

      Comme tu dis, Kevin n’est pas une gros stressé ^^ alors que moi oui !
      L’autoconstruction ou l’autorénovation c’est clairement une épreuve pour un couple, il faut être conscient de ça.

      Contents que notre expérience t’aide dans ton projet, c’est le but premier du blog et des vidéos 😀
      Merci pour ce joli compliment, ça fait plaisir d’être un livre de chevet !!

  3. david

    Bonjour
    toutes personnes ayant entrepris des travaux d’envergure voient bien ce que vous voulez dire!
    La sensation d’épuisement, non pas physique (1 ou 2 jour de repos et le physique c’est bon), mais mentale.

    Concrètement, on a fini par trouver la solution : une fois l’habitation vivable, on s’est calmé.
    Concrètement, savoir vers où on va et y aller tranquillement est une grande aide.

    Ca permet aussi de ne pas démoraliser aux tâches qui n’avancent pas (faire les joints de placo me donnent l’impression de faire du surplace par exemple)
    Après, il faut aussi accepter de ne pas être à fond tout le temps!
    Concrètement, pour moi le plus dur reste l’articulation avec le travail.
    J’ai pas encore la solution à ce problème! :S

    • pingouin

      C’est tout à fait ça, un épuisement mentale : on pense MOB, on dort MOB, on rêve MOB, tout le temps, partout ^^

      Difficile d’y aller tranquillement, on a hâte de voir avancer les travaux !
      On a eu une grande période de mou pendant l’hivers, mais là on sent une motivation grandissante depuis qu’on sait qu’on va bientôt attaquer le bardage 🙂

      Bon courage pour la suite de ton projet 😉

  4. Merci pour votre témoignage, cela nous rassure (un peu ?) sur les périodes moins roses que nous traversons aussi, même si nos contraintes sont différentes.
    Comment voyez-vous la suite de votre auto-construction ? Aviez-vous prévu un planning qui sera ajusté en fonction de votre premier semestre d’expérience ?

    • pingouin

      Hello 🙂

      Nous avec le printemps, la motivation revient à fond !

      Pour la suite, on ne se met plus de planning. De toute façon, maintenant qu’on est hors d’eau et hors d’air, la maison ne craint plus grande chose, donc ce n’est pas grave si on prend du retard.

      En plus, même si maintenant on peut estimer combien de jours / heures ont peut bosser par semaines, on a beaucoup de mal a évaluer le temps nécessaire car ce sont des nouveaux « métier » : électricité et plomberie notamment. En plus sur ces sujets-là on a pas mal de recherche à faire encore, donc là aussi difficile d’estimer le temps que ça va nous prendre. En tout cas, quand on se fixe un objectif est qu’on ne l’atteint pas, on est déçu, donc plus de planning 🙂

      On avance du mieux qu’on peut, mais on prend un peu plus de temps pour nous et pour d’autres activité comme le jardinage.

      On vient d’aller voir rapidement votre blog : on adore 😀 On va prendre le temps de tout lire, il y a énormément de choses très intéressantes 🙂

      On vous souhaites un retour rapide de la motivation et plein de courage pour vos aventures 🙂

  5. Henri

    Démotivation ? ? ? ou plus simplement dépression hivernale ? La baisse de lumière due à la réduction de la durée du jour et aux travaux à l’intérieur, le temps couvert, humide et froid, incitent plus à hiberner sous la couette qu’à s’éclater au travail . . . Peut-être qu’une pause pendant ces jours difficiles (froids ou pluvieux) ne vous ferait pas de mal, en attendant les beaux jours qui devraient vous redonner le moral.

    • pingouin

      L’hiver à clairement jouer un rôle important… Et on ressent très bien la motivation revenir maintenant que les beaux jours sont là ! On a pourtant faut beaucoup de pose pendant l’hiver, mais ça n’a jamais suffit à nous redonner la motivation des premiers jours. Mais là, avec le soleil, c’est repartie !

  6. Vendeville

    Prenez des breaks, des vrais. Out. Avec interdictions de parler du chantier.

  7. PAROT Jacques

    Bonjour Salomé, bonjour Kevin,

    J’ai découvert votre chaîne sur Youtube et votre blog hier par hasard en faisant des recherches sur l’auto construction d’un abri (atelier) de jardin.
    Je suis resté scotché une bonne partie de la journée devant votre aventure, j’ai enchaîné vos 25 premières vidéos. (Je faisait du home-working pour cause de grève, impossible de me rendre au travail!)
    Et c’est une très belle aventure, visiblement mûrie depuis longtemps.
    Mais hier soir je disais à ma compagne (à laquelle j’ai raconté votre parcours) « pourvu qu’ils ne craquent pas », car sur la distance, ce que vous endurez et affrontez est impressionnant et votre motivation est remarquable.
    Et à midi (au boulot cette fois!), je refais un tour sur le blog et je lis l’analyse de Salomé sur l' »Evolution de la motivation ».
    J’ai eu ma réponse et je suis rassuré.
    Votre motivation est toujours présente à la sortie de l’hiver, mais malgré un essoufflement bien compréhensible, elle est bien « vivante », ouf!!
    Car vous méritez d’aller au terme de votre entreprise. Vous êtes un couple très attachant, déterminé et complice. L’enthousiasme que vous mettez, le mode de vie que vous vous souhaitez, et le rejet d’un certain conformisme imposé, vous rendent « beaux »: sains de corps et d’esprit.
    Vous ne revendiquez rien, vous ne faites ni prêche ni morale, vous vous faites juste la vie que vous avez envie de vivre, sans la prétention affichée de vouloir révolutionner le monde.
    Tellement de gens en rêve sans jamais se mettre en mouvement!
    Bravo à tous les deux, votre vie sera belle et riche.

    Un mot sur la qualité de votre travail, il est remarquable. Tout est réfléchi avant d’entreprendre et le résultat s’en ressent. Votre MOB sera une belle réussite.

    Du coup je ne lâche plus vos vidéos, et je fais désormais partie de la cohorte qui vous suit, vous pousse et vous encourage.

    Jacques
    (Papa, Papi et Pinguoin de 62 ans, en retraite dans six mois, gonflé à bloc et qui quittera très vite Paris pour de la rénovation et de l’auto construction dans son magnifique petit coin de Creuse. Pas mal d’années à attendre ça, vous comprendrez que votre expérience me parle!!)

    • pingouin

      Merci beaucoup pour ton super message Jacques !
      On vient d’attaquer le bardage et le retour des beaux jours nous redonne la motivation comme au premier jour ! c’est la folie ces temps-ci, on est à FOND ! 😀

      Merci pour tout tes compliments, ton commentaire nous fait chaud au coeur 🙂

      Bonne continuation et courage pour tes 6 mois avant la retraite !

  8. FRANCOISE Alain

    Bravo a vous , franchement vous m inspiré .
    Dans pas longtemps on va se lancer dans la construction de notre
    MOB et je dois dire qu’on c est beaucoup inspiré de votre ouvrage bien sur que la mairie se bougera de nous donner notre permis .
    En tout cas félicitation pour votre professionnalisme et bonne
    continuation

    • pingouin

      Merci pour ton message, contents que notre projet t’inspire !
      On croise les doigts pour votre permis de construire ;p

  9. Bonsoir, je fais parti des quelques milliers d’abonnés que vient de vous faire gagner doc seven. Vos vidéos sont vraiment très bien, votre projet est aussi super intéressant.
    Pour la motivation, peut-être vous devriez manger plus d’éclairs au chocolat quand vous terminez quelque chose. Par exemple, j’ai l’impression que l’intérieur de la cabane est sacrément bien organisé.
    Bon courage en tout cas pour la suite !

    • pingouin

      Ahah, crois moi on en mange déjà beaucoup d’éclair en chocolat :p

      Ah oui, on essaye de garder la cabane bien organisé, déjà parce qu’on à pas beaucoup de place et qu’on peut mettre plus de truc si c’est bien rangé ^^ et aussi parce qu’on gagne un temps fou quand on sait exactement où se trouves chaque outil. Et puis une fois qu’on à pris l’habitude comme tout les outils on leur place ça va assez vite à ranger 🙂

      Merci beaucoup, a bientôt 🙂

  10. Bravo!
    J’ai découvert votre chaîne il y a 2 ou 3 jours, j’ai déjà regardé tous les épisodes de la construction. Je suis impressionné!
    Je vous souhaite plein de courage et une vie heureuse dans votre nid douillet.

    • pingouin

      Merci beaucoup, c’est très gentil 🙂 On vous souhaite également plein de belles choses 🙂

Laisser un commentaire