Un chantier Zéro Déchet ?

Dés le début de la construction nous nous sommes posé la question des déchets générer par notre auto-construction.

Construire une maison, ça implique d’acheter tout un tas de matériels et de matériaux. Qui dit achat, dit souvent déchet. Nous sommes assez sensibles à l’objectif du Zéro déchet dans la vie de tous les jours, même si pour l’instant nous en sommes assez loin.

Zero déchet autoconstruction

 

Pour notre auto-construction, nous n’avons pas spécialement visé le zéro déchet. Nous avons privilégié la qualité ainsi que l’aspect écologique des matériaux. Mais nous trouvons quand même intéressant de lister quelque part tous les déchets que notre chantier aura générés. Cela nous permettra de nous rendre compte de la quantité de déchets générés par la construction d’une maison, car si on trouve de nombreuses informations sur les maisons écologies, nous n’avons rien trouvé en ce qui concerne les déchets. Cela permettra également d’avoir un peu plus de recul et d’ouvrir la réflexion sur la question. Peut-on prendre réellement en compte l’aspect déchets dans une construction de maison ou non ? Et si oui, comment ?

La première chose qui nous a frappée dès le début du chantier, c’est que finalement, il n’y a pas tant de déchet que ça.  Beaucoup de matériaux et de matériels de construction ne sont pas emballés : gravier, sable, pioche, brouette, bois,bac acier, panneaux OSB, … Plutôt une chouette nouvelle pour le moment 🙂

 

Matériel / Matériau Type de déchet Remarque
Fondations
Ciment Sac d’emballage / protection du ciment
Papier + Plastique
Le ciment craint l’eau, son emballage pour la vente est donc indispensable. Il existe par contre des centrales à bétons, où l’on peut aller chercher du béton tout fait.

Ce type de centrale n’utilise certainement pas des sac de 25Kg comme conditionnement, ce qui peut permettre de réduire les déchets (mais pas la pollution à cause des allez-retour à la centrale)

Cordeau Emballage + support
Plastique + carton
L’emballage plastique semble inutile, le cordeau est enroulé autour d’un tube en carton
Huile de décoffrage Bidon
Plastique
On est encore loin du jour où on pourra aller chercher de l’huile de décoffrage en vrac avec sa propre bouteille. Mais ça serait pourtant techniquement possible.
 Goudron bitumeux Saut
Fer
Le vrac n’est pas forcement pertinent pour éviter l’utilisation d’un contenant. Après avoir mis du goudron bitumeux dans un saut ou une bouteille celle-ci risque bien d’être inutilisable (A moins de consommer quelques milliers de litres d’eau pour laver, mais bon…)

Par contre le vrac pourrait permettre de n’acheter que la quantité nécessaire et limiter les déchets du surplus de goudron acheté et on pourrait éventuellement utiliser un autre déchet comme contenant, par exemple une vieille boite de conserve.

Isolant laine de bois Emballages plastiques Bon, ça, c’est la grosse déception niveau zéro déchet du chantier. On a choisi la laine de bois en partie car c’est un isolant vachement écolo, mais il est suremballé dans du plastique… Le problème c’est que l’isolant est sensible à l’humidité, donc il est protégé par deux couches de plastiques et ça génère vraiment beaucoup, beaucoup de déchets.

Peut être que le fabriquant pourrait utiliser du plastique à base de végétaux comme les nouveaux sacs à légumes en grandes surfaces ? (Bon, faut quand même vérifier si ces sacs ne sont pas aussi pourris que les anciens, on a pas encore eu le temps d’étudier la question, mais on va le faire)

Chevilles chimiques Emballages cartouche plastique Avec un nom pareil, fallait pas s’attendre a des miracles. Le contenant est clairement inutilisable une fois le scellement utilisé, c’est plein de produits tout secs, le genre de déchet ultime pas top du tout. La bonne nouvelle c’est que le scellement chimique a plusieurs alternatives (On aurait certainement dû choisir une autre technique…)

On ne pouvait pas faire un article avec que des photos de montagnes de déchets quand même !

Et vous, que pensez vous des déchets générés par une construction ? Quels méthodes pourraient êtres mises en places pour les limiter ?

 

← Article précédent

4 Commentaires

  1. Ce qui est bien avec vous, c’est que vous poussez la logique assez loin ! C’est formidable !
    Vous pointez les déchets liés aux chevilles chimiques : moi j’ai été surpris que vous utilisiez ça… C’est utile quand il n’y a pas d’alternatives, mais pour fixer , une tige filetée dans du béton… un simple Spit est très bien ( http://www.spitpaslode.fr/fr/Fixations-lourdes-et-moyennes/Goujons/FIX-Z-XTREM_pFR_153469sharp0.htm ou autre marque , même chez BricoDépot 😉 https://www.bricodepot.fr/montceau-les-mines/4-chevilles-acier-beton-12×60/prod48150/ )
    Mais c’est peanuts, votre engagement fait plaisir 🙂

    • pingouin

      On aurait préféré éviter aussi. Pour éviter les déchets et les trucs chimiques (et aussi pour le prix ^^).

      Le truc c’est qu’à priori il faut attendre que le béton soit assez dur pour ne pas risquer de l’éclater avec des chevilles mécaniques. Mais comme on était un peu à la bourre, on ne voulait pas attendre plusieurs semaines avant que ça soit bon et prendre du retard. Une petite faiblesse de notre part, on l’avoue :p

  2. Pour les films plastiques, plutôt que les bourrer aux poubelles, il faudrait trouver un endroit (il y en a de plus en plus) où ils trient et recyclent les films plastique. En attendant de trouver où les mettre, je stocke les sacs plastique de mes granulés de bois…

    • pingouin

      Ah super, je ne savais pas que des endroits comme ça existait, on va se renseigner pour savoir si on en a prêt de chez nous. Sinon on garde aussi les plus grands sacs pour faire des bâches quand ils ne sont pas abîmés.

Laisser un commentaire