Recherches alternatives Energie et Autonomie

Dans un désir d’autonomie et de curiosité, nous souhaitons explorer plusieurs domaines et mener des expérimentations sur un certain nombre de sujets.

Il est possible de réaliser de grandes choses sois-même à l’heure actuelle dans de nombreux domaines, principalement grâces à deux éléments :

  • Un accès à une connaissance gigantesque grâce à internet : Des études scientifiques, des brevets, des descriptions de produits, des vidéos de réalisations amateurs, des expérimentations d’autres amateurs, des livres rares…
  • Un accès à des technologies et matériaux pointus. Il est aujourd’hui possible de réaliser une multitude de choses grâce à l’accès à des millions de produits, même ceux réservés aux pros et peu courants proche de chez nous.

Il est donc possible d’avoir à la fois des connaissances et du matériel. Il ne reste plus qu’à étudier la théorie puis passer à la pratique ! Et c’est justement pour étudier la théorie que nous allons regrouper sur notre blog des articles, vidéos, documents… en relation avec les domaines que nous souhaitons expérimenter. Nous réaliserons donc une base documentaire pour chaque projet, mais nous allons d’abord vous présenter les domaines et vous dire ce qu’on en espère (Nous ajouterons les liens au fur et à mesure).

Fabrication d’une éolienne

éolienne énergie

Une éolienne permet de produire de l’énergie électrique à partir du vent. Ce qui nous intéresse avec ce système c’est que le vent est une énergie renouvelable et la conception de base d’une éolienne nous semble relativement simple avec des matériaux assez basiques. Il reste maintenant à voir les rendements qu’il est possible d’atteindre.

Base de données documentaire sur la fabrication d’éolienne.

Biogaz / Méthanisation

Système de récupération du biogaz / méthanisation

Le biogaz est un gaz produit lorsque des produits organiques fermentent. L’idée est de récupérer ce gaz pour s’en servir ensuite comme source d’énergie pour cuire des aliments notamment.  Ce qui nous intéresse avec cette technologie c’est qu’on peut produire le biogaz avec nos propres déchets et sans matériel très complexe. C’est une bonne façon de tirer de l’énergie de déchets, tout en pouvant se servir des résidus comme composte classique.

Base de données documentaire sur le biogaz et la méthanisation.

Stocker l’énergie électrique

Stockage énergie électrique

Qu’on produise de l’énergie électrique avec une éolienne, un panneau solaire ou tout autre moyen, le plus gros problème actuellement est le stockage de cette énergie. Les batteries sont chères, s’abîment très vite et sont polluantes. Nous cherchons donc à trouver des méthodes de stockages alternatives. Le stockage sous forme d’hydrogène semble prometteur. Nous allons également étudier le stockage sous forme de calories et d’énergie potentielle.

Base de données sur le stockage de l’énergie.

Création, utilisation et stockage de l’hydrogène

Atome Hydrogène

L’hydrogène est un élément chimique très abondant dans notre univers. Son avantage est qu’il a un pouvoir calorifique important (Si on le brûle, ça produit beaucoup d’énergie). C’est donc une source très intéressante d’énergie. On peut produire assez facilement de l’hydrogène à partir d’eau et d’électricité (électrolyse). Le plus gros problème de l’hydrogène semble être le stockage en quantité importante et sur du long terme. Mais même sans arriver à stocker l’hydrogène de façon optimale il est possible de l’utiliser dans de nombreuses applications : diminution de la consommation des moteurs thermiques, cuisson des aliments, désherbage par brûlage…

Base de données sur la production, le stockage et l’utilisation d’hydrogène.

Fabrication de Rocket Stove

Feu rocket stove

Les rockets stove ou poêle dragon, sont des poêles à bois très performant. La conception est relativement simple mais permet d’atteindre des températures très élevées. Ce type de poêle est intéressant à plusieurs niveaux : production d’eau chaude sanitaire, chauffage et possibilité de fondre des métaux comme l’aluminium.

Base de données sur les Rockets Stoves.

Fonderie de métaux

Fonderie de métaux

Il est possible de fondre certains métaux assez facilement comme l’aluminium (Température de fusion de 660° environ). Cela permet de créer des pièces très robustes grâce à des techniques comme le moulage. C’est utile pour la création de machines et d’outils (comme une éolienne par exemple) ou pour effectuer des réparations. Si on arrive à atteindre des températures plus élevées on peut également fondre d’autres types de métaux.

Base de données sur la fonderie de métaux.

Chauffe-eau solaire

Panneaux solaires eau chaude sanitaire

Les chauffe- eau solaire permettent de chauffer de l’eau grâce à l’énergie du soleil. Le principe de base est de faire circuler de l’eau froide dans un tuyau exposé au soleil. En été il est possible d’atteindre des températures très élevées largement suffisantes pour une utilisation en tant que douche. L’hiver ce système doit être complété mais il est quand même possible de réchauffer l’eau de plusieurs degrés et ainsi de limiter les besoins du système d’appoint.Base de données sur les chauffe-eau solaires.

Permaculture

Jardin en permaculture

La permaculture est une façon de cultiver fruits et légumes. Le principe c’est de travailler avec la nature (notamment en observant ce qui passe quand l’homme n’intervient pas) et non pas contre (avec pleins de produits chimiques, en luttant contre les « nuisibles », etc.). Ce qui nous plait dans la permaculture c’est le respect de la nature, les rendements très intéressants et le travail allégé (par exemple on ne désherbe pas, on ne bêche pas le sol…)

Base de données documentaire sur la permaculture.

Conservation des aliments

stockage aliments en conserves

Pour être autonome en nourriture, il faut arriver à stocker les aliments pendant les périodes où le jardin produit moins et pour profiter d’une diversité dans les plats préparés. Pour cela, le stockage est idéal et les solutions nombreuses et pas toujours bien connus : Stérilisation, déshydratation, fermentation, sucres, sel, sous  vide…

Base de données documentaire sur la conservation des aliments.

Autonomie en eau

récupération eau pluie

L’autonomie en eau permet de satisfaire à ses besoins sans passer par un fournisseur d’eau potable. Mais cela entraîne beaucoup de questions : Où et comment récupérer l’eau (pluie, puits, condensation…). Comment tester cette eau pour savoir si elle est utilisable ou potable. Quelle quantité nous faut-il ? Comment la stocker pendant les périodes de sécheresse ? Comment l’économiser (ShowerLoop) ?

Base de données sur l’autonomie en eau.

Phytoépuration

Phytoépuration décontamination de l'eau

La phytoépuration est un moyen naturel de traiter les eaux usées. La décontamination est assurée par les plantes (et les bactéries qui vivent dans les racines de ces plantes). Les avantages sont doubles selon nous : On décontamine l’eau sans consommation d’énergie et sans produits chimiques et en plus on peut s’en resservir une fois traitée, pour le jardin par exemple.

Base de données sur la phytoépuration.

On espère qu’une vie sera suffisante pour explorer tous ces domaines, mener des expérimentations et les partager sur notre blog et notre chaine Youtube. D’autant plus qu’on risque de découvrir de nouveaux domaines qui nous passionneront et qu’on voudra tester :p

Quoi qu’il en soit on va regrouper des liens, documents, vidéos, sites internet qui nous semblent contenir au moins quelques informations intéressantes. Il y’aura certainement des erreurs, des approximations, des chausses fausses ou même dangereuses dans une partie des documents regroupés, c’est donc à prendre avec prudence 🙂

Et si vous avez connaissance de documents qui ne sont pas encore répertoriés, n’hésitez surtout pas à nous les indiquer en commentaire.

 

 

← Article précédent

Article suivant →

13 Commentaires

  1. Bonjour,
    quelques liens que j’avais déjà mis de côté ;
    Pour l’éolienne : une exemple ici : http://www.onpeutlefaire.com/construire-une-eolienne-a-axe-vertical
    Sinon voir le réseau Tripalium https://www.tripalium.org/

    Pour l’eau, sans conteste, le système PLUVALOR est le plus poussé : http://www.eautarcie.org/03a.html

    Pour la déshydratation, j’ai les plan d’un séchoir solaire (mais j’ai plus le lien où je l’avais récupéré), donc ça doit se trouver en ligne.

    Pour la phytoépuration, je pense que vous allez rencontrer notre problématique : création ou restauration = passage de la SPANC, donc il vous faudra surement un équipement normé.
    Et je ne sais pas trop où en sont les normes, mais quand j’avais regardé, seul le système d’Aquatiris semblait avoir été habilité.

    Bonne continuation et bonne recherche!

    • pingouin

      Bonjour,

      Merci pour les liens super intéressants, on va les ajouter dans chaque catégories 🙂

      Pour la phytoépuration, vous avez été obligé de passer par une entreprise agrée ? On aurait beaucoup aimé auto-construire le système, mais ça semble assez compliquer de convaincre la SPANC à priori :/

      Merci et bientôt 🙂

      • Perso, je fais déjà des trucs un peu borderlines, donc je préfère éviter de me faire chopper sur des sujets sensibles tels l’épuration! 😉
        Pour la société évoqué, il avait un forfait autoconstruit.
        Il viennent faire l’analyse, donne les précos, le matos, et suivent le chantier, mais vous laisse travailler.

        Par contre le biogaz, j’avais entendu que le méthane produit contenait du souffre, souffre qui a tendance à dégrader les brûleurs de gaz.
        J’avoue y avoir pensé, mais avoir été freiné par cette difficulté!

        Pour l’hydrogène, je trouve le sujet un peu complexe pour une phase d’autonomie.
        Pourquoi ne pas envisager un STEP maison?
        C’est plus accessible en bricolage!
        Par contre il est estimé près de 25% de perte d’énergie dans la conversion!

        • pingouin

          Pour la phyto, on s’est renseigné sur Aquatiris et effectivement ils sont agréés et ont un forfait autoconstructeur intéressant !

          Intéressant pour le souffre dans le biogaz, on va étudier ça de prêt 😉

          Tu peux nous en dire plus sur le STEP ?

          • David

            Salut,
            Step signifie stations de transfert d’énergie par pompage.

            En résumé, quand vous avez trop d’électricité, vous pompez de l’eau vers une réserve haute, quand vous en avez besoin, vous videz la réserve, qui passe par une turbine, comme pour un barrage.

            C’est en gros le principe d’un barrage, mais alimenté par une pompe.
            Le gros inconvénient est une perte d’énergie estimé à 25% de l’énergie initiale.

            A voir la rentabilité par rapport à des batteries.

          • pingouin

            Ah d’accord merci. On avait effectivement aussi pensé à un système comme ça, avec deux bassins ou deux grandes cuves. On voudrait justement faire les calculs pour estimer la quantité d’eau nécessaire pour que ça soit intéressant et voir si c’est envisageable ou pas.

            Intéressant l’info sur les 25% de pertes, merci 🙂

            On ferra un article avec les calculs quand on aura trouvé le temps de les faire ^^

          • David

            pour les 25% c’est ce que j’avais lu, mais sur des gros systèmes.
            De souvenir, plus le système est gros, plus la perte est limitée.

  2. Delage Marcelo

    Comme Salomé, je suis moins convaincu par les choix du Gaz et de l’Hydrogène, il suffit de faire une installation électrique et plomberie complète pour voir la différence de mise en place et les problématiques qui vont avec, du coup transposé aux Gaz et l’Hydrogène cela me donne pas envie de cherche plus de se côté bien que je garde un eux dessus.

    Sinon je suis différent projet comme :

    Dans 1 à 2 ans la société (française !!!) à développer le stockage de l’énergie dans un volant d’inertie avec des matériaux à faible coût. Actuellement une batterie en lithium coût 400 € le kWh eux annonces moins de 50 € ce qui donne une idée de prix par rapport aux solutions au lithium actuellement sur le marché.

    http://www.energiestro.fr/technologie/

    Il y a aussi cette solution pour faire circuler en continue de l’eau pour générer un courant en continu : https://www.humanosphere.info/2014/07/comment-construire-une-pompe-a-eau-qui-fonctionne-sans-electricite/

    Il y une start-up créée pour l’occasion et baptisée Tiamat (française !!!)
    annonce une commercialisation de premiers modèles pour 2020 des batteries sodium-ion endurantes (plus de 10 ans d’espérance de vie contre 3-4 ans pour celles au lithium dans des conditions d’usage continu), des charges et des recharges dix fois plus rapides ».

    Il y a aussi Pilo la pile écologique made in France qui se recharge à l’infini ! Mais pas encore commercialisé.

    • pingouin

      Bonjour,

      Merci pour les liens vers les différents projets, on ne connaissait pas.

      On avait déjà entendu parler du stockage par volant d’inertie, sur le papier ça semble prometteur, je ne sais pas si on pourrait le faire sois même à une petite échelle, mais ça serait très intéressant !

      On va renseigner sur tout ces projets et suivre ça de près.

      Merci beaucoup pour le partage 🙂

  3. Comme toujours, super intéressant !
    Ce qui est vraiment excitant, c’est que vous ne vous fermez aucune porte ! Et que vos idées sont un mélange de « low tech » et de « high tech ».

    Pour alimenter la réflexion, je vous donne mon avis sur certains points, qui divergent du vôtre :
    Ok pour tout ce qui est permaculture, récup d’eau de pluie pour certains usages, toilettes sèches, chauffe-eau solaire, conservation des aliments (les ptits pois ? 😉 ).
    Pour le rocket-stove, c’est trop puissant pour votre Tiny qui est super isolée, mais vous le savez déjà (vous n’aurez quasiment pas besoin de chauffage la plus-part du temps) ; mais votre usage prévu est autre, c’est très bien ! (et un « rocket-barbecue », économe et file pas le cancer 😉 )
    Ok aussi pour l’éolienne autoconstruite, projet sympa.

    Par contre, pour la méthanisation, je n’y crois pas du tout : outre des processus qui seront très difficile à maîtriser, vous aurez à gérer le gaz, le stocker, maîtriser aussi sa combustion… Ça ne peut avoir de sens qu’avec une taille critique que vous n’avez pas.
    Idem pour le stockage d’électricité chimique, et encore plus pour le stockage en énergie potentielle, il faut des grosses machines pour que ce soit valable. Pareil aussi pour fabriquer de l’hydrogène : faisable de fabriquer, mais qu’en faire ? Comment compresser, stocker, utiliser ? Pile à combustible infaisable non plus . Là aussi problème d’échelle.
    Par contre, vous ne mentionnez pas le moteur Stirling, alors que c’est peut-être faisable de le maîtriser avec des moyens modestes.

    Pour l’eau :
    Alors là c’est un autre sujet, on touche à la « civilisation », et ce qui fait qu’on est une société : c’est parce que c’est collectif que ça fonctionne est qu’on a en France une eau potable partout, pour un prix… contenu.
    Alors bien sûr il faut économiser l’eau, récupérer intelligemment pour le jardin, les toilettes (sauf si sèches)… Et maîtriser ses rejets.
    Mais : se passer de l’eau potable, et de l’assainissement collectif (quand il existe), je ne crois pas que ce soit un objectif vraiment valable à atteindre. Si les réseaux sont privés, c’est dommage, et du coup ce sont des choix « politiques » (à l’échelle locale) pour que ça reste un bien commun.
    Mais s’il n’y a pas de réseau d’assainissement, je vous encourage à faire de la phytoépuration. Il me semble hélas que vous arrivez trop tard pour vraiment la faire vous-même, car il me semble qu’il est désormais obligatoire de passer par une entreprise agréée (à vérifier).

    Voilà, désolé de plomber l’ambiance, je ne souhaite pas briser votre élan, continuez à avoir des idées, et de les mettre en pratique.
    Bravo pour tout,
    Manu

    • pingouin

      Merci !

      Super intéressants tous tes retours, merci beaucoup !

      Alors quelques réponses :

      * Pour la méthanisation, on a vu des systèmes vraiment très simples comme celui-ci : https://www.youtube.com/watch?v=9kKRdlAFuZw mais reste à voir ce qu’ils considère comme « sécurisé » par rapport à nos standards. Ce qui nous pose le plus question dans cette méthode c’est la quantité de déchet nécessaire pour produire assez de gaz pour que ça soit intéressant. ça semble aussi compliqué pendant l’hiver sans source de chauffage d’appoint sous nos latitudes (ce qui rend le bidule peut être bien inutile une partie de l’année)

      * Pour le stockage de l’énergie, actuellement, et vu nos recherches, ce qui nous semble le plus viable, c’est un stockage à court terme (sur quelques jours max) sous forme d’hydrogène et une conversion en électricité quand on a besoin, via un moteur thermique (ou sterling, mais je pense que le rendement est moins bon). L’hydrogène est relativement simple à produire, mais difficile à stocker, la compression est compliquée, en France je suis les travaux de certaines personnes qui tentent des compressions à 200bars pour le stockage, mais c’est un domaine relativement dangereux qu’on ne souhaite pas expérimenter pour le moment, ça demande des connaissances pointues et beaucoup de matos.

      * Effectivement on ne parle pas du moteur sterling, mais c’est un oublie de notre part, c’est évidement une piste très intéressante 😀

      * Très intéressant ta réflexion sur l’eau. Sur le principe nous ne sommes pas contre le principe de « société », bien au contraire. Pour l’eau, on pense que récupérer un maximum l’eau « sur place » (puits, eau de pluie, etc…) est écologique, car il y a peu de perte (il y a eu un documentaire cash investigation sur l’eau récemment, les pertes d’eau du réseau potable tournent autour de 20% de mémoire, ce qui est un gâchis assez important) et pas de traitement chimique de l’eau (on compte utiliser des filtres et des lampes UV). Mais on est conscient que la distribution d’eau potable est une chance (et qu’il ne faudrait pas la gâcher en confiant la gestion à des entreprises privées avides de bénéfices…) et indispensable dans beaucoup de cas. Tout le monde n’a pas un puits sur son terrain. Mais dans notre démarche, c’est aussi une façon de ne pas soutenir les entreprises qui font commerce de ressources qui relève du bien commun. ça nous pose problème que la consommation d’eau rapporte de l’argent à des actionnaires, des investisseurs, etc. Ce n’est pas normal et à notre échelle, une façon de ne pas soutenir ça, c’est aussi de limiter notre dépendance à ce système.

      * Pour l’assainissement, c’est un peu le même raisonnement. En plus de ça, nous allons rejeter une eau très propre (puisqu’on utilise des toilettes sèches et aucun produit chimique) et on trouve que c’est une aberration de rejeter cette eau presque propre avec celles des toilettes de nos voisins pour que ça soit aussi filtrer, nettoyer, pomper, etc. Alors qu’avec un système de phytoépuration, on peut assez simplement s’occuper nous même du traitement de notre eau et en plus s’en resservir (potager, etc.) ce qui évite de consomme de l’eau potable, et tout ça sans dépenser d’énergie. Mais comme pour l’eau potable, l’assainissement collectif est une chance dans beaucoup de cas, c’est compliqué d’installer une phytoépuration dans un immeuble par exemple… Et écologiquement parlant, c’est bien mieux un système collectif même si il n’est pas « parfait » au niveau du traitement, plutôt que chacun rejette ses eaux n’importe où sans les traiter correctement.

      Mais c’est vrai qu’en lisant ton commentaire et en y répondant, on se rend compte qu’on sait que le collectif et la société sont importants, mais la société nous semble tellement loin de nos idées sur beaucoup de points (ex : la rentabilité vs le respect de la nature) et notre pouvoir de changement sur cette société étant tellement insignifiant qu’on préfère ne pas essayer de se battre pour la changer et vivre selon nos convictions dans notre coin. C’est peut-être un peu lâche et facile ? D’autant plus que sur beaucoup de points on « profite » de cette société, même si on n’est pas totalement en accord avec…

      En tout cas, merci pour toutes ces pistes de réflexion, rassure-toi, tu n’as pas plombé l’ambiance ni couper nos motivations ^^ ça met en avant certaines questions auxquels on devra trouver des réponses et peut être se rendre compte que certaines solutions ne sont pas viables et ça, ça nous fait beaucoup avancer 🙂

      A bientôt 🙂

  4. Il y a un dossier complet sur la phytoépuration dans le numéro de février/mars 2018 de « La Maison Écologique » : http://www.lamaisonecologique.com/produit/n103-fevrier-mars-2018/

Laisser un commentaire